Roland-Garros : Kristina Mladenovic a "pensé à abandonner"

  • A
  • A
Roland-Garros : Kristina Mladenovic a "pensé à abandonner"
@ GABRIEL BOUYS / AFP
Partagez sur :

La Française est passée dans la douleur au deuxième tour de Roland-Garros. Victime d'une douleur au dos lancinante, elle a bien failli craquer psychologiquement.

ROLAND-GARROS

"C'était une bagarre et il fallait trouver le moyen de faire abstraction de la douleur". À la sortie de son match victorieux face à l'Américaine Jennifer Brady (3-6, 6-3, 9-7) lundi, Kristina Mladenovic est visiblement affectée. Et pour cause, la Française a été handicapée toute la rencontre par une violente douleur au dos.

"Très dur mentalement". "Je me suis bloqué le dos dimanche en fin de matinée, sur un faux mouvement. C'est vraiment un problème musculaire. J'ai déjà connu ça par le passé, ce n'est pas grave, mais ça fait mal", a-t-elle précisé au journal L'Equipe. Avant d'entamer Roland-Garros, la tenniswoman bénéficiait pourtant d'une bonne préparation. D'autant plus difficile, donc, de constater une limite physique. "Même si j'ai de la force de caractère, c'était très dur mentalement. J'étais au plus bas. Et franchement, si cela n'avait pas été Roland-Garros mais un tournoi à l'autre bout du monde, je ne serais pas venue sur le court", confie-t-elle au quotidien.

Franchement, je pensais que c'était fini

"Je pensais que c'était fini". Au cours de la rencontre, ses "spasmes musculaires" sont si forts que Kristina Mladenovic pense même à lâcher l'affaire. "J'ai pensé à abandonner tant ce que je montrais sur le court ne reflétait pas mon vrai tennis", confie-t-elle. Menée 3-0 dans le dernier set, la Française se voyait déjà "sortie du tournoi". "Franchement, je pensais que c'était fini. Et puis je me suis dit que ce n'était qu'un break. J'ai joué les points les uns après les autres". 

Selon le staff de la joueuse, son dos pourrait se débloquer rapidement, lui permettant ainsi de montrer ce qu'elle peut potentiellement accomplir dans le tournoi, et ce dès le 2e tour face à l'Italienne Sara Errani, 91e mondiale et finaliste à Roland-Garros en 2012...