Regrets, frustration, déception : des Bleus tristes à en pleurer

  • A
  • A
Regrets, frustration, déception : des Bleus tristes à en pleurer
Le football, si beau et si cruel à la fois.@ AFP
Partagez sur :

TRISTESSE - La France a échoué sur la dernière marche en étant battue en finale de "son" Euro 2016 par le Portugal (1-0 a.p.), dimanche soir au Stade de France. Une énorme désillusion pour des Bleus inconsolables.

Antoine Griezmann avait une occasion parfaite de sécher ses larmes du Mondial 2014. Face au Portugal, en finale de l’Euro, dimanche soir au Stade de France (1-0 a.p.), il n'y a pas eu de larmes dans les yeux bleus de l'enfant chéri du foot français, devenus hagards après le coup de sifflet final de l'arbitre Mark Clattenburg, mais la détresse était immense.

"C'est frustrant, c'est chiant, mais c'est le foot". "On a tout donné, on voulait vraiment cette victoire. Ce n'était pas notre soir. C'est frustrant, c'est chiant, mais c'est le foot", a-t-il réagi au micro de M6.

000_D22PB

Tête basse, regard ailleurs. Antoine Griezmann a perdu coup sur coup deux finales de Coupe d'Europe, avec son club et son pays. Dur. © AFP


Les larmes de Christophe Jallet. Il suffisait d'observer les joueurs de l’équipe de France après la rencontre, à l’image d’un Christophe Jallet en sanglots, pour comprendre à quel point la déception était importante. Tout un pays s'était mis à espérer un troisième couronnement continental après ceux de 1984 et de 2000 et n'imaginait pas pareille issue cruelle, trois jours après un exploit majuscule face aux champions du monde allemands (2-0).

000_D23EN

Christophe Jallet n'a pas joué une minute dans cet Euro, mais la tristesse n'en est pas moins grande. © AFP


"Ça va prendre du temps à passer". "Le sentiment qui prédomine, c'est bien sûr la déception", a lâché le sélectionneur Didier Deschamps, lui qui hait la défaite plus que tout. "Avoir cédé comme ça, à ce stade de la compétition, après le parcours que nous avons fait, ça fait mal. C'est cruel. Il faut accepter ce résultat, ça va prendre du temps à passer. Je suis très fier de mes joueurs. Il manque l'essentiel, la dernière marche, mais ça n'enlève rien à tout le travail accompli depuis le 17 mai. Je suis aussi déçu pour le public, qui a vibré avec nous et nous a soutenu depuis des semaines."

 
000_D23GH

Sans un regard pour la Coupe... © AFP

000_D24A3

Les Bleus ont néanmoins tenu à saluer leur public après la rencontre. © AFP


"On n'est pas mort". "Il y a beaucoup de déception, beaucoup de tristesse, on voulait gagner ce titre à domicile mais c'est comme ça, il faut l'accepter", a également réagi Moussa Sissoko. "C'est le football qui est comme ça et encore une fois il faut féliciter le Portugal. On va partir en vacances, s'aérer l'esprit et essayer de revenir encore plus fort. On n'est pas mort, on va relever la tête, nous sommes tous des grands joueurs et l'équipe de France reviendra beaucoup plus forte", promettait-il.

Oui, la France a perdu "son" Euro en finale, mais le tournoi aura été source de promesses pour l'avenir, mettant notamment en lumière de nouveaux leaders tels qu'Antoine Griezmann et Dimitri Payet et scellant la réconciliation des Bleus avec son public. Une équipe qu'on a envie de revoir très vite.

 
000_D23A3

Solidaires, même dans la tristesse. Une équipe est née pendant cet Euro. © AFP