Portugal : le président du Sporting suspendu six mois pour un crachat

  • A
  • A
Portugal : le président du Sporting suspendu six mois pour un crachat
Bruno de Carvalhone pourra plus suivre les matches de son équipe depuis le banc des remplaçants comme il en avait l'habitude@ PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP
Partagez sur :

Après la victoire du Sporting sur Arouca (3-0) en novembre 2016, une altercation a éclaté entre les présidents des deux clubs. Tous deux ont été sanctionnés par le conseil de discipline de la Fédération portugaise de football.

Le président du Sporting Portugal a été suspendu six mois après avoir craché sur le dirigeant d'un autre club, a annoncé mercredi soir le conseil de discipline de la Fédération portugaise de football.

Six moins pour l'un, 20 pour l'autre. Le dirigeant du Sporting, Bruno de Carvalho, a écopé de six mois de suspension tandis que son homologue de l'équipe d'Arouca, club du Nord du pays, Carlos Pinho, ne pourra pas exercer ses fonctions au cours des 20 prochains mois, a indiqué le Conseil de discipline dans un communiqué. Depuis son élection en 2013, le président Bruno de Carvalho avait l'habitude de suivre les matches de son équipe depuis le banc des remplaçants, ce qu'il ne pourra plus faire pendant sa suspension.

Une altercation dans le tunnel vers les vestiaires. L'affaire remonte au 6 novembre 2016, après une victoire à domicile du Sporting sur Arouca (3-0), comptant pour la 10ème journée du championnat portugais. À la fin du match, le tunnel menant aux vestiaires a été le théâtre d'une altercation entre les deux présidents.

Après l'incident, Arouca a accusé Bruno de Carvalho d'avoir craché sur le président Carlos Pinho tandis que le Sporting a réfuté cette accusation, affirmant de son côté que le président d'Arouca avait tenté d'agresser le dirigeant du club lisboète.

Le Sporting va faire appel. Le Sporting a aussitôt réagi à la suspension de son président, considérant cette décision "injuste" et "disproportionnée" et annonçant son intention de faire appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS).