Open d’Australie : Federer-Nadal, retour vers le futur

  • A
  • A
Open d’Australie : Federer-Nadal, retour vers le futur
À eux deux, Roger Federer et Rafael Nadal pèsent 31 titres du Grand Chelem... et bientôt 32.@ SAJJAD HUSSAIN / AFP
Partagez sur :

Éternels rivaux, les deux géants du tennis mondial s’affronteront dimanche en finale de l’Open d’Australie, pour un classique au bon goût de vintage.

Roger Federer face à Rafael Nadal en finale d'un Grand Chelem : vous ne rêvez pas, nous sommes bien en 2017. Comme au temps jadis, l'Espagnol et le Suisse se retrouveront dimanche en finale de l’Open d’Australie. Un duel classique et légendaire mais inattendu, tant les deux monstres, respectivement têtes de série n°9 et n°17 du tournoi, semblaient sur le déclin ces derniers mois.

Federer, l’immortel. D’un côté, Roger Federer, 35 ans et 18 titres de Grand Chelem au compteur – dont le premier il y a quatorze ans ! – n’avait pas disputé de finale à Melbourne depuis sept longues années. Certains le voyaient déjà à la retraite après son forfait l’an passé à Roland-Garros. Mais en terre australe, le Maestro a prouvé qu’il n’avait pas d’âge. Libéré de toute pression après six mois passés à soigner sa blessure à un genou, Federer a successivement battu Berdych (10e mondial), Nishikori (5e), Zverev (24e) et Wawrinka (4e) pour disputer sa première finale en Grand Chelem depuis l'US Open 2015. "Jamais je ne pensais aller aussi loin en Australie. C'est magnifique", a-t-il réagi après sa demi-finale victorieuse face à son compatriote, jeudi.

Aussi inattendu qu’espéré. Cerise sur le gâteau, c’est face à son plus grand rival, Rafael Nadal, qu’il tentera de rentrer un peu plus dans la légende. "Rafa, c'est le plus grand challenge de ma carrière. Je suis son premier fan. C'est un combattant extraordinaire. Nous avons eu des combats épiques", a-t-il rappelé, avant de raconter une anecdote remontant à la fin de l'année dernière, au moment où les deux champions soignaient leurs blessures.

"Quand je lui ai rendu visite à Majorque pour l'inauguration de son académie, je lui ai dit : ‘ce serait bien qu'on puisse faire une exhibition tous les deux. Nous avions joué un peu au mini tennis. Jamais on n'imaginait qu'on pourrait se retrouver ici !". Et pourtant.

"Rafa" de retour au top. Car Nadal a lui aussi su retrouver son meilleur niveau au moment choisi, après avoir été arrêté plusieurs mois. Son match exceptionnel face à Grigor Dimitrov en demi-finales en est la dernière preuve, s’il en fallait une. L’Espagnol retrouve donc les sommets en Grand Chelem pour la première fois depuis 2014, année de son neuvième sacre à Roland-Garros. Âgé de 30 ans, son bilan à l’Open d’Australie est un brin plus mince : il ne l’a remporté qu’à une seule reprise, en 2009, contre… Roger Federer, évidemment.

Les deux mastodontes, qui totalisent ensemble 31 titres du Grand Chelem, ne s'étaient d’ailleurs plus croisés à ce niveau depuis leur finale mythique disputée Porte d’Auteuil en 2011.

Avantage Nadal. En termes de finales de Grand Chelem, c’est Nadal qui mène (6 à 2). Sur le total des confrontations aussi (23 contre 11 pour le Suisse). Et quand la rencontre ne se joue pas sur terre battue, Roger Federer, tout champion qu’il est, est toujours devancé par l’Espagnol (10 victoires à 9 pour Nadal). Difficile cependant de savoir où les deux joueurs en sont dans leur rapport de force, eux qui ne se sont pas affrontés sur le circuit en 2016...


Williams contre Williams, l'autre "revival"

Pour la première fois dans l'ère professionnelle, les finalistes d'un tournoi du Grand Chelem, chez les hommes comme chez les femmes, seront tous les quatre trentenaires. Près de huit ans après leur dernière finale face-à-face, les sœurs Williams - Serena, 35 ans, et Venus, 36 ans - proposeront elles aussi, samedi matin, une version revisitée d’un "tube" des années 2000.