Euro 2015 : la France propose de remplacer l'Ukraine

  • A
  • A
Euro 2015 : la France propose de remplacer l'Ukraine
Et si Parker et les Bleus disputaient l'Euro 2015 de basket à la maison ? L'hypothèse est envisageable.@ MAXPPP
Partagez sur :

BASKET - Elle se dit prête à accueillir la compétition, ou au moins une partie, pour aider l'Ukraine, en proie à une crise politique.

Et si l'Euro 2015 de basket atterrissait en France ? La Fédération a en tout cas proposé cette proposition de repli dans le cas où la compétition ne pourrait se tenir en Ukraine, pays en proie à une crise politique avec son voisin russe. De graves retards dans la préparation de la compétition ont été constatés et pose des questions sur la capacité de Kiev à tenir ses engagements.

La France fera "son maximum". "La France candidate pour reprendre l'Euro 2015, a affirmé Jean-Pierre Siutat, le président de la Fédération française de basket, dans une série de tweets consacrée au sujet. Nous ferons notre maximum ! Pour les joueurs, pour le basket français". Joint au téléphone, Jean-Pierre Siutat a toutefois souligné que le retrait de l'Ukraine n'était nullement entériné et que la situation était plus complexe que présentée dans ses messages. "On n'en est pas encore là", a-t-il admis.



"Trois cas de figures possibles". "Aujourd'hui, il y a trois cas de figure possibles, a-t-il poursuivi: soit il (le président de la fédération ukrainienne) organise seul jusqu'au bout, soit il ouvre à d'autres sites, ou encore la situation devient dramatique et la Fiba (Fédération internationale de Basket) doit trouver un autre organisateur". L'Ukraine avait proposé cinq sites pour l'Euro, et la France est prête à "accueillir des sites" si Kiev ne peut garantir l'organisation dans certaines villes, a-t-il précisé.

Quels sites retenus en France ? Il a ainsi assuré avoir "des sites en tête" mais n'a pas voulu les dévoiler à ce stade: "C'est trop tôt, et il y a les élections municipales". L'Ukraine avait été désignée en 2011. Elle était devenue le seul pays en lice après le retrait surprise de la candidature conjointe de la France, de l'Allemagne, de l'Italie et de la Croatie, jusqu'alors favorite. Des contacts ont été pris entre la France et l'Ukraine sur ce dossier, selon Jean-Pierre Siutat. "Discussion aujourd'hui avec Volkov, président de la fédération d'Ukraine... A suivre", a-t-il souligné dans un de ses tweets.