US Open : Rafael Nadal, ce dur à cuire

  • A
  • A
US Open : Rafael Nadal, ce dur à cuire
Nadal va faire partie des favoris lors de l'US Open.@ Reuters
Partagez sur :

US OPEN - Le tournoi new-yorkais est marqué par le retour au plus haut niveau de l'Espagnol. 

L'INFO. Deux victoires consécutives à Montréal puis à Cincinnati et revoilà l’Espagnol Rafael Nadal qui postule parmi les favoris du dernier Grand Chelem de la saison, l’US Open. Avec un Roger Federer sur le déclin et des Novak Djokovic et Andy Murray inconstants, le Majorquin à toutes ses chance dans ce prestigieux tournoi qui démarre lundi.

• Flash-back. Il y a un an tout juste, tous les observateurs éclairés se posaient de nombreuses questions autour du cas Nadal. Absent sept mois durant à cause d’un genou récalcitrant, certains n’hésitaient pas à parler de retraite pour le Majorquin, notamment après son abandon sur blessure à Wimbledon puis son forfait aux Jeux olympiques de Londres. Mais, à la force du travail, "Rafa" est revenu encore plus fort sur le circuit. Une huitième victoire en poche à Roland-Garros en juin dernier, neuf victoires cette saison dont trois Masters 1000 et le Majorquin est à nouveau la terreur qu’il était sur les courts.

Nadal au service (930x620)

© REUTERS

• Le dur à cuire. Et cette renaissance tennistique, Rafael Nadal ne l’a pas faite uniquement sur terre battue, mais aussi sur le dur. En témoignent ses 16 victoires -série en cours- sur la surface, avec deux Masters 1000 remportés à Montréal et à Cincinnati. Résultat, l’Espagnol est remonté au deuxième rang à l’ATP et pourrait même reprendre la première place au Serbe Novak Djokovic en cas de succès à Flushing Meadows. "Nadal est clairement le meilleur joueur de l’année, il n’y a aucun doute", confie même Djokovic à la veille du début du dernier tournoi du Grand Chelem de la saison.

• Jamais deux sans trois ? De son côté, l’Espagnol la joue modeste : "J’ai eu un bel été mais c’est tout, ça ne veut rien dire sinon que je suis en confiance. J’essaie de prendre la balle un peu plus tôt mais ce n’est pas un changement fondamental, j’ai déjà bien joué dans le passé sur cette surface." En cas de victoire à l’US Open (il a déjà remporté le tournoi en 2010, ndlr), Rafael Nadal pourrait rejoindre dans l’histoire l’Australien Pat Rafter et l’Américian Andy Roddick, les deux seuls joueurs à avoir réalisé le triplé Montréal-Cincinnati-US Open. Avant cela, Rafael Nadal pourrait potentiellement affronter en huitièmes l’Américain John Isner et son service phénoménal, puis le Suisse Roger Federer en quarts de final. Mais qu’on se le dise, Rafa Nadal est un dur au mal.