Onesta : "Il y a des jours où l'enjeu tue le jeu"

  • A
  • A
Onesta : "Il y a des jours où l'enjeu tue le jeu"
@ AFP / Karim Jaafar
Partagez sur :

HANDBALL - Vainqueurs sur la toute fin de match de la Suède, les Bleus terminent en tête de leur groupe avant les huitièmes. Pas de quoi contenter leur coach.

Malgré la victoire face à la Suède samedi (27-25), certes en fin de rencontre et malgré un début de rencontre catastrophique, le coach des Bleus a regretté la maladresse et le manque de lucidité de ses joueurs. Pour l’entraîneur de l’équipe de France, qui affrontera l’Argentine en huitièmes lundi, ce n’est pas suffisant et il faudra afficher un autre état d’esprit. De leur côté, le capitaine Jérome Fernandez et le gardien Thierry Omeyer ont évoqué une volonté "retrouver un peu de confiance" et "encore des choses à corriger" pour la suite de la compétition.

>> LIRE AUSSI - Les Bleus croquent la Suède et terminent en tête de poule

Claude Onesta (entraîneur de l’équipe de France) : "On a été maladroit à la finition, pas toujours inspiré en défense, même c'est là qu'on a su construire notre retour, avec la prestation de Thierry (Omeyer) qui a été déterminante. Il y a des jours où l'enjeu tue le jeu. On gagne à l'énergie, au courage, à défaut de brio et de lucidité. Avec notre manque de régularité, on n'est pas capable de prendre qui que ce soit par-dessus la jambe. Même si les Argentins au départ paraissaient la solution la plus avantageuse, à nous de les prendre en considération, surtout au regard des performances qu'ils ont réalisées et surtout de l'enchaînement des performances. C'était vraiment le groupe de la mort et imaginer en sortir, ça paraissait complètement illusoire, ils ont vraiment été présents à tous les matches. Contrairement à nous, c'est vraiment une équipe qui est très bien en place, très en confiance. Il va falloir qu'on soit meilleur qu'on a été ce soir".

Jérôme Fernandez (capitaine) : "Il faut qu'on retrouve un peu de confiance à la finition et j'espère que dans deux jours on fera un grand match. Vous croyez que l'Argentine, qui s'est qualifiée dans la poule avec l'Allemagne, le Danemark, la Pologne et la Russie, c'est l'Argentine qu'on a jouée il y a quinze jours? Je ne pense pas. Je pense qu'ils ont accumulé beaucoup de confiance. C'est une équipe qui est bourrée de talent, bourrée de culot et ça va être un match très difficile. C'est un huitième de finale, ils vont jouer leur carte à fond et la pression est presque sur nous, donc il va falloir qu'on soit capable de gérer ça".

Thierry Omeyer (gardien) : "On savait que c'était un match où il allait falloir être solide derrière, parce que la Suède a aussi une très bonne défense et un très bon gardien. On a été en difficulté et ils ont pu mettre pas mal de buts en montée de balle. Mais on su garder notre sang-froid. Et on s'est bien battu pour revenir. Et dans le dernier quart d'heure, on a trouvé de bonnes solutions en attaque. J'essaie d'aider au maximum l'équipe. En face, il fait aussi une belle partie. Il fallait monter le niveau et derrière on a été plutôt solides en défense. On peut être plutôt satisfait, même s'il y a encore des choses à corriger."