Les frères Karabatic brisent le silence

  • A
  • A
Les frères Karabatic brisent le silence
@ REUTERS
Partagez sur :

HAND - Une semaine après leur mise en examen, ils réagissent dans Paris Match.

La semaine dernière, Nikola, Luka Karabatic ainsi que sept autres joueurs ont été mis en examen dans l'affaire du match présumé truqué entre Montpellier et Cesson-Sévigné. Depuis, les handballeurs montpelliérains avaient choisi de garder le silence (excepté un communiqué sur Facebook). Dans une interview accordée à Paris Match, ils réagissent enfin.

Comment ils vivent l'affaire ? "On est sonnés", lance d'entrée Nikola Karabatic. "On ne comprend pas l'acharnement dont on est l'objet. C'est un vrai cauchemar". Et son frère, Luka, de raconter le moment de leur interpellation, il y a dix jours juste après le match contre le PSG : "c'est comme si on allait au bûcher. Tous les regards étaient tournés vers nous, les Karabatic, comme si nous étions les hommes à abattre".

>>> A LIRE : Karabatic et le casse-tête du rebond

Ils nient toujours avoir triché. Depuis le début de l'enquête, les frères Karabatic ont avoué avoir "parié" mais nient avoir "triché". Dans l'interview accordée à Paris Match, leur ligne de défense n'a pas bougé. "J'assume tout ce que j'ai fait", explique une nouvelle fois Luka Karabatic. "Je suis prêt à payer pour ce que j'ai commis. Mais ce qui me fait le plus mal, c'est qu'on m'accuse d'avoir triché". Et frère Nikola de souligner : "comment peut-on influer sur le score d'un match dans lequel nous n'avons pas joué ? C'est blessant ! C'est humiliant !"

Karabatic-2

Une grosse envie de rejouer. Depuis leur mise en examen, les frères Karabatic n'ont pas le droit d'approcher leurs coéquipiers à Montpellier et ne peuvent pas non plus s'entraîner. "Le hand, c'est toute ma vie", lance Luka. "C'est ma passion. Je ne demande qu'une chose, c'est pouvoir rejouer, et rejouer avec mon frère". Un souhait visiblement partagé par Nikola : "c'est difficile de se projeter. Je n'ai qu'un souhait, retrouver les parquets le plus vite possible". 

>>> A LIRE : Que risquent les handballeurs ?