Et si les Karabatic ne risquaient rien ?

  • A
  • A
Et si les Karabatic ne risquaient rien ?
Nikola et Luka Karabatic pourraient être totalement tirés d'affaire...@ REUTERS
Partagez sur :

HAND - Un oubli dans les règlements de la Fédération pourrait profiter aux frères Karabatic.

Et si le scandale des paris truqués qui a touché le handball il y a 15 jours faisait tout simplement pschitt ? Selon des informations du Point.fr, les avocats chargés de la défense de Mladen Bojinovic, ancien montpelliérain et aujourd'hui au PSG Handball, auraient trouvé une faille juridique dans la procédure du match présumé truqué entre Montpellier et Cesson-Sévigné

Un oubli dans les règlements de la Fédération

Karabatic-3
Luc Abratkiewicz et Isabelle Monsenego, les deux avocats de Bojinovic comptent en effet saisir la chambre de l'instruction d'une requête en annulation de la mise en examen de leur client. Selon eux, il y aurait un oubli dans les règlements de la Fédération française de Handball (FFH). Les textes mentionneraient bien l'interdiction pour les joueurs de parier en ligne mais oublieraient totalement les paris "en dur" (ceux effectués dans les bureaux de tabac).

>>> A LIRE : Les frères Karabatic brisent le silence

La loi du 1er février 2012 qui vise à renforcer l'éthique dans le sport interdit aux joueurs de miser mais il revient aux fédérations en question d'intégrer ces dispositions dans leurs règlements. Ce vide règlementaire pourrait donc tout simplement conduire à l'annulation pure et simple de la procédure, selon les avocats. Les frères Karabatic ont été mis en examen pour "escroquerie". Or, cette accusation repose principalement sur l'interdiction pour les joueurs et leur entourage de parier sur un match de handball.

Une simple rupture de leur contrat de travail ?

Autre incohérence, la date des règlements. Selon les avocats, le texte mentionnant l'interdiction des paris en ligne date du... 28 juin 2012, soit un mois et demi après le match entre Montpellier et Cesson-Sévigné. En résumé, non seulement le règlement de la FFH a oublié les paris "en dur" (qui concernent directement l'affaire), mais il a été également été rédigé après l'affaire.

Karabatic-2

"Si la chambre valide notre analyse, alors les seuls risques encourus par les handballeurs ne sont pas pénaux ni sportifs. Ils relèvent du seul droit du travail", explique Me Luc Abratkiewicz. Dans leurs contrats de travail, une clause précise en effet l'interdiction des paris. Mais même là, il y aurait un hic... "Patrice Canayer et Rémi Lévy (l'entraîneur et le président de Montepllier) ont été mis au courant de l'enquête et interrogés dès le mois de juin", poursuit Me Luc Abratkiewicz. "Ils avaient deux mois, selon le code du travail, pour signifier à leurs employés un problème et rien n'a été fait".