Cyclisme : Kristoff remporte le Tour des Flandres

  • A
  • A
Cyclisme : Kristoff remporte le Tour des Flandres
@ ERIC LALMAND / BELGA / AFP
Partagez sur :

VIKING - Le coureur de la Katusha, épouvantail de cette saison de classiques, a remporté le Tour des Flandres dimanche. Il devient ainsi le premier coureur norvégien à remporter "la Ronde".

Un deuxième monument à son palmarès. En digne héritier des Vikings, Alexander Kristoff se montre conquérant. Pas sur un drakkar bien sûr, mais sur son vélo, sur lequel il vient de remporter le Tour des Flandres, l'une des plus prestigieuses des classiques : le Tour des Flandres. Il devient ainsi le premier coureur norvégien à remporter ce monument du cyclisme mondial, de quoi le consoler après sa seconde place frustrante sur une autre grande course, Milan-San Remo, qu'il avait pourtant remportée en 2014.

Il prouve sa polyvalence. Avec cette victoire, Alexander Kristoff confirme qu'il n'est pas qu'un pur sprinter, capable de remporter des sprints massifs, comme il l'a fait par deux fois sur le dernier Tour de France. Non, cette saison, le coureur de la Katusha a montré toute sa polyvalence, en remportant les Trois Jours de La Panne, grâce notamment à une très belle performance dans le contre-la-montre final.

Une belle science de la course. Sur "la Ronde", le surnom donné au Tour des Flandres, au vu de sa forme actuelle et de l'absence des deux monstres sacrés des classiques Boonen et Cancellara, Kristoff faisait figure de grand favori. Il s'est montré à la hauteur de son statut en faisant preuve d'un grand sens tactique dans les 30 derniers kilomètres, où se profilaient le mont Kruisberg, la côte du Vieux Quaremont et le mont Paterberg. Trois juges de paix traditionnels sur cette course de 264 kilomètres, marquée par les chutes de Sébastien Chavanel et Jesse Sergent, percutés par une voiture présente sur la course.



Tepstra lui offre la victoire sur un plateau. L'attente, bien calé en tête du peloton, d'abord. Puis le sens de l'à-propos, pour sauter dans la bonne roue, flairer le bon coup. Kristoff a été le seul à pouvoir suivre l'accélération du rouleur néerlandais Niki Tepstra, vainqueur de Paris-Roubaix en 2014. Les autres favoris comme le Gallois Geraint Thomas (Sky), Peter Sagan (Tinkoff) ou encore Greg Van Avermaet (BMC) ont bien roulé derrière, mais ils ne sont jamais parvenus à revenir. Tepstra, pur rouleur, était bien conscient d'offrir la victoire sur un plateau à son compagnon d'échappée, bien plus rapide au sprint. Mais ses accélérations dans les côtes et monts qui jalonnent le parcours avant l'arrivée n'ont jamais décramponné Kristoff. Dans les derniers mètres, le conquérant norvégien a facilement disposé du malheureux Tepstra. Et confirmé qu'il faudrait compter sur lui pour les prochains grands rendez-vous des classiques. A commencer par Paris-Roubaix, qui se tiendra le 12 avril prochain.    

>> LIRE AUSSI - La victoire de Kristoff sur Milan San Remo

>> LIRE AUSSI - Les deux succès du Norvégien sur le Tour