Céline Dumerc, l’Américaine

  • A
  • A
Céline Dumerc, l’Américaine
@ Reuters
Partagez sur :

GRANDE PREMIÈRE- La meneuse française a débuté en WNBA dans la nuit de mardi à mercredi par une victoire avec Atlanta face à Los Angeles (93-85).

C’est une nouvelle étape dans la carrière de Céline Dumerc. Après avoir quasiment tout gagné avec son club, Bourges, la meneuse de jeu de l’équipe de France de basket a décidé de faire le grand saut, direction les Etats-Unis et la Ligue féminine de basket américain, la WNBA. Elle a participé, dans la nuit de mardi à mercredi, à la victoire de sa franchise, Atlanta, face aux Los Angeles Sparks (93-85). Pour sa première, Dumerc – qui est arrivée lundi dans la journée - n’a disputé que 6 petits minutes, pour 1 balle interceptée et 3 perdues face à l'équipe de sa coéquipière chez les Bleues Sandrine Gruda, qui n'a pas hésité à "teaser" l'événement sur les réseaux sociaux.

Le tweet de Sandrine Gruda:



Rookie à 31 ans. Malgré une expérience sans commune mesure en Europe, que ce soit en club ou avec l’équipe de France, Céline Dumerc est, à 31 ans, une rookie, une débutante. Une arrivée sur le tard voulue par la joueuse. "J’aurais pu venir plus tôt en WNBA, mais ce n’est pas comme la NBA chez les garçons, C’est une ligue d’été, de mai à septembre", développe Dumerc au micro d'Europe 1. "Chaque été, j’ai mis comme priorité l’équipe nationale." Quand d’autres joueurs sacrifient le maillot frappé du coq sur l’autel de la sacro-sainte NBA…

Céline Dumerc a en tout cas hâte de découvrir ce nouveau monde. "C’est super excitant d’avoir l’opportunité de voir comment ça se passe là-bas. J’arrive à un moment de ma carrière où j’ai déjà connu beaucoup de choses et la WNBA, c’est une nouvelle expérience qui arrive au bon moment", estime celle qui portera le numéro 9.

De son côté, le club se réjouit aussi de l’arrivée de "Caps". "C’est une des meilleures meneuses au monde, elle a joué à un très haut niveau international, c’est une leader, qui rend les joueuses autour d’elle meilleures", avance Angela Taylor, manager générale d’Atlanta, sur le site de la WNBA.

Pas pour performer. Et Céline Dumerc traverse l’Atlantique avec beaucoup d’humilité. "Je n’y vais pas pour performer, ni pour me montrer ou prouver quoique ce soit, juste pour découvrir un nouveau monde, un nouveau basket",  analyse la Française. "J’ai suffisamment de recul pour faire la part des choses. Si ça marche, très bien. Si ça ne marche pas, j’ai vécu tellement de belles choses dans ma carrière pour ne pas être frustrée." Après des débuts timides, Céline Dumerc l’Américaine a maintenant tout son temps pour mettre la WNBA dans sa poche.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

NBA - San Antonio retrouve Miami en finale

BLEUS - Batum sera bien présent au Mondial 2014

LIGUE FÉMININE - Premier titre pour Montpellier