Mondiaux d’athlétisme : Lavillenie passe à côté de son rêve

  • A
  • A
Mondiaux d’athlétisme : Lavillenie passe à côté de son rêve
@ JOHANNES EISELE / AFP
Partagez sur :

Le Français s'est encore raté en finale des championnats du monde de Pékin, lundi. Il ne termine que troisième du concours. Le Canadien  Shawn Barber est couronné d'or.

Est-il maudit ? Renaud Lavillenie doit en tout cas se poser la question. Après avoir remporté deux médailles de bronze et une d'argent, en 2009, 2011 et 2013, le Français espérait devenir (enfin) champion du monde de saut à la perche, lundi à Pékin. Las, il s’est encore manqué, échouant trois fois à 5,90m. Pire encore, il termine à la troisième place du podium.

La belle perf de Menaldo. Pour cette finale tant attendue par l’athlé français, Renaud Lavillenie, opposé à quinze perchistes, avait choisi de placer la barre haute pour son premier saut, histoire de rappeler à tous qui est le patron de la discipline. Et son premier essai à 5,80m a été le bon. Plus surprenant, le jeune français Kevin Menaldo a lui aussi passé cette barre, à un petit centimètre seulement de son record personnel (5,81m). Une bien belle performance, insuffisante toutefois pour monter sur le podium.

Trois échecs à 5,90m pour Lavillenie. Car pour s’imposer dans le nid d’oiseau de Pékin, lundi, il fallait monter plus haut encore, six perchistes ayant passé les 5m80 : (Wojciechowski, Lavillenie, Lisek, Barber, Holzdeppe, Menaldo). Or, si le Français a échoué trois à 5,90m, le Canadien Shawn Barber, lui, l’a passé sans souci, tout comme l'Allemand Raphael Holzdeppe, champion du monde en titre.

>> Le troisième échec de Lavillenie en vidéo :


Lavillenie échoue à 5,90m, il ne sera pas...par francetvsport

"C’est comme ça, c’est le saut à la perche..." Les deux hommes n’ayant ensuite pas réussi à franchir la mythique barre des six mètres, c’est le Canadien, passé à 5,9m0 dès son premier saut, qui est couvert d’or. La suite d’un bel été pour ce jeune homme de 21 ans, après sa victoire aux Jeux panaméricains et son record national établi fin juillet (5,93m). Interrogé quelques minutes après cette nouvelle désillusion, Renaud Lavillenie, souriant malgré tout, a fait preuve de beaucoup de fair-play : "l’adversité, cette année, était vraiment à un bon niveau. Je fais une superbe entrée dans le concours. Je me sentais bien. Et à 5,90m, ça ne veut pas avancer… C’est comme ça, c’est le saut à la perche. Les (championnats du) monde, ce n’est pas ma compet’ ! J’étais bien dans la tête, bien physiquement..." Et de conclure: "Tous les voyants étaient au vert. Mais ce n’est pas la couleur que je voulais…"