Marie-Amélie Le Fur : Paris 2024, un projet "créé par les athlètes pour les athlètes"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La championne a défendu sur Europe 1 la candidature de la capitale pour les Jeux Olympiques 2024. L'annonce de ville gagnante aura lieu le 13 septembre prochain.

INTERVIEW

Le jour est important pour le Paris olympique du futur : ce vendredi, la Ville va remettre son troisième et dernier dossier de candidature au Comité international olympique. Le verdict sera connu le 13 septembre prochain. La capitale française est en lice pour recevoir les Jo 2024 face à Budapest et Los Angeles. Pour l’occasion, Marie-Amélie Le Fur, championne paralympique et co-présidente du comité des athlètes pour Paris 2024 était l'invité d'Europe 1.

Structures sous les monuments. Dans cette compétition universelle "qui regroupe tous les athlètes et tous les sports, Paris est en capacité d'offrir quelque chose de différent. On a des structures existantes qui sont magnifiques. On va mettre des structures temporaires sous nos beaux bâtiments comme la Tour Eiffel, le Grand Palais. Et on a démontré qu'on avait un public extraordinaire dans les enceintes sportives mais aussi à l'extérieur. Avec les fan zones de l'Euro, on a montré qu'on était capable de créer une grande fête et de "sécuriser nos structures sportives et ces fan zones."

Pensé par les sportifs. Autre argument en faveur de la candidature parisienne, le projet également co-présidé par Teddy Riner, "a été crée par les athlètes pour les athlètes. On a vraiment pensé à ce qu'on voulait pour le village, pour les Jeux, on voulait que les structures soient proches des unes et des autres."

6,9 milliards de budget. Le budget de 6,9 milliards - inférieur à ce qui faisait auparavant - est conséquent pour un mois de compétition, jeux paralympiques compris. Cette somme n'est pas "perdue", assure Marie-Amélie Le Fur, notamment pour l'héritage pour le développement du sport, c'est aussi une visibilité pour le handicap, et derrière il y a des retombées économiques avec la billetterie et l'accueil de visiteurs du monde entier."