L'Italien Marcello Lippi devrait devenir sélectionneur de la Chine

  • A
  • A
L'Italien Marcello Lippi devrait devenir sélectionneur de la Chine
Lippi avait signé le mois dernier un contrat qualifié de "pharaonique" pour revenir entraîner à partir de janvier le club de Guanghzou, qu'il a déjà dirigé de 2012 à 2014.@ ALEXANDER JOE / AFP
Partagez sur :

Selon le "Corriere dello Sport", l'Italien Marcello Lippi devrait bientôt entraîner la sélection chinoise, mal embarquée dans sa campagne de qualification pour le prochain Mondial.

L'Italien Marcello Lippi, champion du monde en 2006, devrait être nommé sélectionneur de la Chine en remplacement de Gao Hongbo, qui a démissionné la semaine dernière, assure mercredi le quotidien sportif italien Corriere dello Sport.

"Lippi, sélectionneur de la Chine", affirme en Une le Corriere, en ajoutant que l'Italien était "enclin à accepter" l'offre. "Dans les prochains jours, l'ancien sélectionneur italien partira à Pékin pour étudier les détails de l'offre que lui a fait parvenir la fédération chinoise", ajoute le quotidien sans citer de source.



Changement de dernière minute. Lippi avait signé le mois dernier un contrat qualifié de "pharaonique" par la presse italienne pour revenir entraîner à partir de janvier le club de Guanghzou, qu'il a déjà dirigé de 2012 à 2014. Il s'agirait donc d'un changement de dernière minute mais, selon le Corriere, il ne poserait pas de problèmes, le développement du football chinois étant considéré comme une priorité par les autorités politiques, le président Xi Jinping en tête.

2018 plus loin que jamais. Le précédent sélectionneur Gao Hongbo a démissionné le 11 octobre après une nouvelle défaite 2-0 face à l'Ouzbékistan en qualifications au Mondial-2018 en Russie. Un revers qui a fortement réduit les chances de l'équipe nationale de participer à la phase finale du prochain Mondial, phase pour laquelle elle ne s'est qualifiée qu'une seule fois, en 2002, sans d'ailleurs parvenir à marquer un seul but. La Chine, 78e au classement Fifa, n'a pris qu'un point en quatre matches des éliminatoires. Elle est dernière du groupe A de la Zone Asie, derrière l'Iran, l'Ouzbékistan, la Corée du Sud, la Syrie et le Qatar. Le président Xi Jinping, grand amateur de foot, a pourtant promis de tout faire pour que la Chine participe à la compétition, l'organise un jour sur son sol, et remporte le trophée.