Real-Atlético : les fontaines de Madrid, entre histoire et rivalité

  • A
  • A
Real-Atlético : les fontaines de Madrid, entre histoire et rivalité
La fête se fera sur l'une des deux fontaines samedi soir.@ AFP
Partagez sur :

La fête sera madrilène samedi soir. Le Real et l'Atlético ont chacun leur lieu de rassemblement de supporters, et parmi eux les fameuses fontaines. 

Rivaux sur le terrain, les deux clubs madrilènes le sont aussi dans la ville. La finale de Ligue des champions, samedi soir, verra s'affronter l'institutionnel Real d'un côté, le populaire Atlético de l'autre. Si l'Atlético n'est réellement soutenu par une importante frange de la population madrilène que depuis quelques années, il n'est pourtant pas en reste quand il s'agit de fêter ses titres. Cibeles pour le Real, Neptuno pour l'Atlético, voilà le nom des deux fontaines de supporters.


Cibeles, la légende raconte que... La fontaine de la place Cibeles était à l'origine le lieu de célébration des supporters Colchorenos, comme en 1962 où ils investissent les lieux après leur victoire en finale de Coupe des Coupes contre la Fiorentina. Puis dans les années 1980 vint la "Quinta del Buitre", la "quinte du vautour", et les années folles et victorieuses du Real Madrid.

Une génération dorée qui renverse tout sur son passage -cinq Liga d'affilées- et prends place à la fontaine Cibeles pour fêter, fêter et refêter les titres nationaux et continentaux qui s'enchaînent. A cette époque, l'Atlético n'a pas d'autre chose à célébrer que des honorifiques cinquièmes, sixièmes places.

La célébration du Real aux Cibeles, après la "decima" en Ligue des champions, en 2014 : 

Simeone, le conquérant. En 1991, l'Atlético remporte la Coupe du Roi et se doit de trouver une fontaine pour célébrer sa victoire, et quitter une Cibeles "souillée" par les rivaux. Les supporters rouges et blancs ne cherchent pas loin, ils se retrouvent à la fontaine de Neptuno, 200 mètres après Cibeles sur l'artère du Prado. Un doublé de prestige Liga-Coupe du Roi en 1996, un passage en deuxième division, puis plus rien jusqu'à l'arrivée de Diego Simeone en 2011 pour l'Atlético.

Depuis, six trophées ont complété la vitrine du stade Vincente Calderon, dont le titre de champion d'Espagne en 2014. Et la fontaine Neptune, dieu de l'océan, a vu un nouveau prophète prendre possession des lieux, en la personne du Cholo Diego Simeone. 

La célébration de l'Atlético à la fontaine de Neptune, après le titre en Liga, en 2014 :