Le patron de la FIFA veut une "tolérance zéro" pour les abus sexuels

  • A
  • A
Le patron de la FIFA veut une "tolérance zéro" pour les abus sexuels
"Il y a peu de choses dans la vie (...) qui sont pires que les abus (sexuels) sur enfants", estime Gianni Infantino@ MICHAEL BUHOLZER / AFP
Partagez sur :

Certains clubs anglais sont accusés d'avoir couvert pendant des décennies des actes de pédophilie dont le nombre de victimes potentielles est monté à 350. 

Le président de la Fifa, Gianni Infantino, s'est prononcé jeudi en faveur d'une "tolérance zéro" à l'égard des abus sexuels, après les récentes révélations d'agressions sexuelles présumées sur de jeunes footballeurs en Angleterre.

"Il y a peu de choses dans la vie, pas seulement dans le football, qui sont pires que les abus (sexuels) sur enfants", a déclaré Gianni Infantino à des journalistes à Singapour. "Dans le football, il faut une tolérance zéro mais aussi une perspective pénale" pour sanctionner les délinquants, a-t-il ajouté.

Ceux qui sont reconnus coupables de tels faits doivent "incontestablement" être éliminés du football et répondre de leurs actes devant la justice, a souligné le patron de la Fifa. "Nous devons probablement examiner cela avec plus d'attention, afin de prévenir à l'avenir tout abus sexuel d'enfant potentiel", a-t-il encore dit.

La police britannique s'intéresse à 55 clubs anglais, professionnels et amateurs, dans le cadre du scandale de pédophilie qui fait vaciller le football anglais, sa Fédération (FA) et certains grands clubs, avait révélé samedi la presse britannique. Selon un bilan de la police, il pourrait y avoir 350 victimes. Tout est parti à la mi-novembre des révélations d'Andy Woodward, ancien joueur du club de Crewe Alexandra aujourd'hui âgé de 43 ans, qui a raconté son calvaire dans le quotidien The Guardian. Depuis, plus de vingt joueurs, parmi lesquels plusieurs anciens internationaux, ont pris la parole pour raconter qu'ils avaient été agressés sexuellement par un entraîneur ou un recruteur lorsqu'ils étaient enfants. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes par Scotland Yard, mais aussi dans les régions de Londres, Manchester, Cambridge, Birmingham, Liverpool, Norwich, Newcastle, en Ecosse et dans les Galles du Nord.