Le FC Barcelone soupçonné d'avoir acheté illégalement un foie pour Eric Abidal, qui dément

  • A
  • A
Le FC Barcelone soupçonné d'avoir acheté illégalement un foie pour Eric Abidal, qui dément
Le club a démenti mercredi avoir eu recours à une telle greffe illégale.@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

Des écoutes téléphoniques dirigées contre l'ancien président du Barça auraient permis aux enquêteurs de découvrir l'existence de l'achat illégal d'un foie. Une enquête a été ouverte.

Dans quelles conditions Eric Abidal a-t-il obtenu sa greffe de foie ? Selon le site d’informations espagnol El Confidencia, relayé par l’Equipe, le latéral international français, à la retraite depuis 2014, aurait bénéficié de "l’achat illégal d’un foie" en 2012. Le FC Barcelone avait communiqué à l’époque que le donneur était un de ses cousins, prénommé Gérard. Le club et Éric Abidal ont démenti mercredi avoir eu recours à une telle greffe illégale.

Écoutes téléphoniques de l'ancien président du Barça. Lors d’écoutes téléphoniques visant l’ancien président du Barça, Sandro Rossel, jugé pour blanchiment d’argent, les enquêteurs auraient "intercepté au moins quatre appels" dans lesquels ce dernier "admet implicitement avoir 'acheté un foie illégal'".

Une enquête pour trafic d'organes a été ouverte. Une enquête pour trafic d’organes a été ouverte et confiée à un tribunal de Barcelone. Dans un communiqué, la défense de Sandro Rossel affirme "ne pas avoir connaissance de ces faits" et trouve "assez étrange de penser que vous pouvez acheter un foie illégalement et le transplanter dans un hôpital public". "Suite aux informations publiées aujourd'hui en lien avec la greffe dont a bénéficié l'actuel directeur sportif de l'équipe Eric Abidal, le FC Barcelone dément catégoriquement toute irrégularité", a assuré de son côté le club dans un communiqué.

"Aucune preuve" selon un tribunal de Barcelone. Un tribunal de Barcelone a indiqué avoir enquêté pendant un an sur un possible délit de trafic d'organe avant de classer l'affaire faute de preuves. "Aucune preuve, aucun indice, qui permette de soutenir l'accusation contre qui que ce soit, n'a été trouvé", a affirmé une porte-parole de cette instance. L'organisation espagnole chargée du don d'organes (ONT), dépendant du ministère de la Santé, a également assuré dans un communiqué que selon les informations dont elle dispose, "le processus de don et de greffe d'Eric Abidal était conforme à la législation en vigueur et aux protocoles médicaux habituels".