La Fifa suspend la procédure d'attribution du Mondial 2026

  • A
  • A
La Fifa suspend la procédure d'attribution du Mondial 2026
@ FABRICE COFFRINI / AFP
Partagez sur :

FOOTBALL - La Fédération internationale a reporté l'appel à candidature, a déclaré mercredi son secrétaire Jérôme Valcke.

La Fifa, confrontée à une tempête judiciaire liée à des soupçons de corruption, a annoncé mercredi qu'elle suspendait le processus de candidature pour le Mondial 2026 "en raison de la situation actuelle". "Il a été décidé de suspendre le processus administratif de candidature pour la Coupe du monde 2026 en raison de la situation actuelle", a annoncé la Fifa dans un communiqué, précisant que des décisions concernant l'édition 2026 seront prises lors d'un prochain comité exécutif.

Platini Football UEFA

"Il n'y a pas de leadership à la Fifa". Ça ne me surprend pas, c'est normal", a aussitôt réagi Michel Platini, président de l'UEFA, lors de la conférence de presse à Paris, à un an de l'Euro 2016 en France. "Il y avait un processus pour faire le vote en 2017, mais il n'y a pas de leadership à la Fifa. Donc c'est bien." La désignation du pays hôte du Mondial 2026 devait intervenir lors d'un congrès de la Fifa en 2017 à Kuala Lumpur, avait annoncé en mars Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fédération internationale.

Les attributions de la Russie et du Qatar en question. Fin mai, la justice américaine a inculpé 14 dirigeants et partenaires de la Fifa, dans une vaste affaire de corruption remontant jusqu'aux années 1990. Une tempête qui a poussé le président de l'instance mondiale du football, Joseph Blatter, à annoncer sa démission il y a une semaine. De nombreux soupçons de corruption entourent l'attribution à la Russie et au Qatar des Mondiaux 2018 et 2022.

Des preuves de pot-de-vin "non fourni". "S'il existe des preuves que le Qatar et la Russie ont obtenu (la Coupe du monde) grâce seulement aux pot-de-vin, alors elle pourrait leur être retirée", a expliqué dimanche Domenico Scala, président du Comité d'audit de la Fifa dans un entretien à l'hebdomadaire suisse Sonntagszeitung. Mais il a aussitôt souligné que "ces preuves n'ont pas été fournies" jusqu'à présent.