Kanner : "le top niveau de la sécurité" pendant l'Euro 2016

  • A
  • A
Partagez sur :

A J-100 avant l’Euro 2016 en France, le ministre des Sports se dit serein, mais concentré. La sécurité sera accrue pour l'événement.

J-100

"Enthousiaste". C'est le mot que choisit Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports à 100 jours de l'Euro. Enthousiaste face à l’événement mais aussi "concentré comme un sportif", a-t-il affirmé mercredi sur Europe 1. Pour le ministre, "tout est sur les rails", mais il faut selon lui que la FFF, l'UEFA, l'Etat et les villes restent mobilisés pour le bon fonctionnement de la compétition, notamment en matière de sécurité.

Sécurité accrue. Après les attentats qui ont frappé la France en 2015, la sécurité reste en effet le point crucial de l'organisation de l'événement. "Jamais nous n'aurons pris autant de mesures de sécurité", martèle le ministre. "Tant au niveau de l'Etat qu'au niveau des organismes privés qui vont assurer la sécurité à l'intérieur des stades." Traduction : il va falloir que les supporters se fassent à l'idée de devoir patienter avant de pénétrer dans les enceintes sportives. Concrètement, plusieurs dispositifs sont prévus : "il y aura 2,5 millions de palpations de sécurité" (soit autant que de supporters, ndlr)". Le même procédé sera mis en place dans les 'fan zones' (lieux où voir les matches sur écran). Certains stades disposeront aussi de portiques de sécurité "pour vérifier qu'il n'y a pas de bombes". Il faudra ajouter à cela de la vidéosurveillance et le maximum de sécurité humaine autour des stades.

Simulations. Patrick Kanner assure qu'il n'a pas fallu attendre les derniers attentats pour envisager la possibilité d'une attaque dans un stade. "Cela fait deux ans que nous travaillons sur cette éventualité." Toutefois, à l'heure actuelle, des simulations et des exercices ont lieu "et il y en aura d'autres d'ici à l'événement", précise le ministre qui souhaite rassurer les étrangers qui se déplaceront dans l'Hexagone : "En venant en France, vous aurez le top niveau de la sécurité pratiquée au monde dans un événement sportif."

Des millions en plus. Un top niveau qui a un coût. Des rumeurs annonçaient un budget multiplié par dix. Vrai ? "Non, mais la SAS Euro 2016 a mis quelques millions de plus sur la table, admet Patrick kanner. S'il manque, par exemple, quelques millions pour sécuriser les fan zones en lien avec les villes hôtes, nous les trouverons. Il est hors de question de laisser le moindre interstice qui pourrait fragiliser l'événement. L'Etat est prêt à être au rendez-vous. On ne peut pas se permettre de mégoter sur un événement qui représente un chiffre d'affaires de deux milliards d'euros et un surcroît d'activité d'un milliard pour la France. En même temps, le risque zéro n'existe pas. Par contre, il faut tout faire pour que nous puissions être au niveau du risque zéro."