IndyCar : Simon Pagenaud, le pilote français qui a conquis l'Amérique

  • A
  • A
IndyCar : Simon Pagenaud, le pilote français qui a conquis l'Amérique
Simon Pagenaud fête sa victoire lors de la dernière course de la saison, à Sonoma.@ Mark RALSTON/AFP
Partagez sur :

SPORT AUTO - Le Poitevin, âgé de 32 ans, a remporté dimanche le championnat IndyCar, la formule de monoplaces la plus populaire aux États-Unis.

En Formule 1, La Marseillaise n'a plus retenti sur un podium pour un pilote depuis 20 ans et la victoire d'Olivier Panis au Grand Prix de Monaco. De l'autre côté de l'Atlantique, en revanche, le pilotage à la française triomphe. Simon Pagenaud, originaire de la Vienne et âgé de 32 ans, a remporté dimanche à l'issue du dernier Grand Prix de la saison, le championnat IndyCar, la discipline de référence en Amérique du Nord pour les monoplaces. Vainqueur de cinq Grands Prix sur 16, dont le dernier, à Ponoma, dimanche, Pagenaud est le premier Français à remporter ce championnat de référence depuis Sébastien Bourdais, quadruple vainqueur de ChampCar (formule autrefois concurrente de l'IndyCar et aujourd'hui absorbée) entre 2004 à 2007. "Depuis que je suis arrivé aux États-Unis, je pense à ce moment, c'est même un rêve d'enfant d'être champion IndyCar", a avoué Pagenaud. Retour sur le parcours de ce pilote aguerri, admiré aux États-Unis mais méconnu en France.

Pagenaud remporte la dernière course de la saison et le titre :

Arrivé aux États-Unis il y a dix ans. Après avoir fait ses classes de pilote dans le karting puis dans les disciplines estampillées Renault (Formule Renault et World Series), Simon Pagenaud a débuté sa carrière aux États-Unis en 2006 en Formule Atlantic, l'une des formules de promotion aux USA. "Promu" en ChampCar la saison suivante, il termine huitième de sa saison de "rookie" (débutant). Mais il ne parvient pas à décrocher un volant dans la formule unifiée de l'IndyCar, son équipe, le Team Australia, ne rejoignant pas la série.

Un fondu de vitesse et d'endurance. Contraint de quitter le monde des monoplaces, Pagenaud ne reste pourtant pas longtemps sans volant. Il dispute les American Le Mans Series, compétition annuelle de courses d'endurance. En 2010, il remporte les 1.000 kilomètres de Spa, en Belgique. L'année suivante, il termine deuxième des 24 Heures du Mans, avec Peugeot. Malgré ses expériences concluantes sur de longues distances, Pagenaud n'a pas perdu l'envie de courir en IndyCar. En 2011, il saisit l'occasion qui lui est offerte de remplacer la pilote Ana Beatriz, blessée. En 2012, il est titulaire en début de saison chez Schmidt Peterson Motorsports. Cinquième (2012), troisième (2013) puis de nouveau cinquième (2014) du classement général du championnat, il convainc Roger Penske, l'un des grands manitous du sport auto outre-Atlantique, de l'engager dans son écurie pour la saison 2015. L'acclimation est difficile (il finit 11ème du classement général). Le rebond n'en est que plus beau.

The American way of life. S'il ne manque jamais une occasion de saluer sa région d'origine (il a même disputé en 2014 le rallye de la Vienne !), Pagenaud s'est rapidement fondu dans le décor américain. Fiancé à Hailey, une Californienne, Pagenaud vit à Mooresville, en Caroline du Nord, dans le cœur des États-Unis. Affable et volontiers joueur avec les caméras - il n'est pas rare de le voir plaisanter avec son staff à l'arrivée des courses -, le Français s'est rapidement fait apprécier par le public américain.

Et maintenant, Indy ! Pagenaud est devenu le roi d'une discipline où s'illustrent beaucoup d'anciens pilotes de F1, comme le Colombien Juan Pablo Montoya ou le Japonais Takuma Sato. Lui n'a pas goûté à la discipline reine du sport automobile. Mais son rêve aujourd'hui n'est pas là. Il est aujourd'hui de remporter la course phare du calendrier de l'IndyCar : les 500 miles d'Indianapolis. En cinq saisons, Pagenaud, qui ne compte aucun succès sur un ovale dans sa carrière, n'a jamais pu y faire mieux que huitième, en 2013.

"C'était déjà l'objectif cette année, malheureusement on a eu des problèmes mécaniques, on se serait battu pour la victoire sinon. Cela fait deux années de suite qu'on a le sentiment qu'on peut viser la victoire (il a terminé 10ème en 2015 et 19ème en 2016, ndlr). C'est l'étape suivante, c'est clair. En 2017, on va essayer de gagner encore le championnat, mais les 500 miles sont une course qui me tient très à cœur", a-t-il souligné. Le dernier vainqueur français des 500 miles s'appelle Gaston Chevrolet. C'était en 1920.

IndyCar Vs Formule 1. Les différences entre l'IndyCar et la Formule 1 sont nombreuses. Les monoplaces du championnat Indy, plus proches les unes des autres qu'en F1 - avec donc un championnat des pilotes plus ouvert -, sont plus lourdes et moins sophistiquées. À la différence de l'IndyCar, la F1 est un championnat de constructeurs plus que de conducteurs, ce qui explique aussi pourquoi les plus grandes marques s'y engagent (Ferrari, Mercedes, McLaren, Honda, Renault…). Le championnat IndyCar se singularise également par la présence de courses sur des ovales (5 sur les 16 du calendrier), lieu où la Formule 1 ne s'aventure pas.