Formule 1 : le pilote français Jules Bianchi est mort

  • A
  • A
Formule 1 : le pilote français Jules Bianchi est mort
@ AFP
Partagez sur :

Le pilote de F1 français Jules Bianchi, 25 ans, qui était dans le coma depuis son accident au Grand Prix de F1 du Japon en octobre est mort vendredi soir.

Victime d'un terrible accident au volant de sa Marussia au Grand Prix de F1 du Japon à Suzuka, le 5 octobre 2014, il était depuis dans le coma. Agé de 25 ans, le pilote de Formule 1 Jules Bianchi est mort vendredi soir au centre hospitalier universitaire (CHU) de Nice, a annoncé sa famille dans un communiqué, samedi matin.

"Moments terribles". "Nous voulons remercier le personnel médical du CHU de Nice, qui l'a soigné avec amour et dévouement", a poursuivi la famille ainsi que "le personnel du centre médical général de Mie au Japon qui a pris soin de Jules immédiatement après son accident". "De même, nous souhaitons remercier les collègues de Jules, ses amis, ses supporters et tous ceux qui lui ont prouvé leur affection au cours de cette période. Ils nous ont donné la force nécessaire pour résister dans ces moments terribles", indique le communiqué.

"Jules s'est battu jusqu'au bout". Le Français Jules Bianchi avait rejoint Marussia comme pilote titulaire en 2013. Il a couru 34 Grands Prix et marqué 2 points en championnat. "Jules s'est battu jusqu'au bout, comme il l'a toujours fait, mais hier, sa bataille a pris fin", poursuit le communiqué. "Nous ressentons une peine immense et indescriptible" a ajouté la famille.

Un choc très violent. Il y a neuf mois, le 5 octobre 2014 au Grand Prix du Japon, le jeune Niçois avait percuté violemment une dépanneuse qui tractait un concurrent aux abords de la piste, sous une pluie battante. La monoplace du pilote avait été déchiquetée, dans ce choc terrible. Jules Bianchi, alors inconscient, avait été rapidement pris en charge sur place et hospitalisé en soins intensifs. En novembre dernier, il avait été transféré au CHU de Nice pour être aux côtés des siens. Un long combat s'était alors engagé.

Première depuis Ayrton Senna. Aucun pilote de Formule 1 n'était décédé des suites d'un accident survenu au cours d'un Grand Prix depuis le Brésilien Ayrton Senna, triple champion du monde, qui s'est tué en mai 1994 à Imola.

"Nous sommes dévastés d'avoir perdu Jules au terme d'une si rude bataille. C'était un privilège que de l'avoir dans notre équipe", dit Manor Marussia F1, son écurie, sur Twitter. 

En 2014, Jules Bianchi marquait à Monaco ses deux premiers points en F1, grâce à une 9e place acquise de haute lutte en partant du fond de la grille et malgré deux pénalités de cinq secondes, sur un circuit où il est très difficile de dépasser. Grâce à ses deux points, et aux revenus commerciaux qui vont avec, l'écurie Marussia a été sauvée cet hiver alors qu'elle avait déposé son bilan en octobre, après l'accident.