Wenger + Arsenal = 1.000 !

  • A
  • A
Wenger + Arsenal = 1.000 !
@ Reuters
Partagez sur :

MILESTONE - l’entraîneur français va disputer samedi son millième match avec le club anglais.

Arsenal dispute samedi (13h45) un match "importantissime" dans la course au titre face à son voisin de Chelsea. Cette rencontre sera également hautement symbolique pour l’entraîneur des Gunners, Arsène Wenger. L’Alsacien fêtera en effet à Stamford Bridge son millième match sur le banc d’Arsenal, une prouesse que peu d’entraîneurs peuvent se targuer d’avoir accomplie. L'occasion pour nous de revenir sur les chiffres marquants de la carrière du technicien français à Londres.

Arsène Wenger, en 1996

© Reuters

18. Comme le nombre d’années passées par Wenger à Arsenal. Arrivé sur la pointe des pieds en 1996 après une escapade de deux ans au Japon à Nagoya, l’ancien joueur du RC Strasbourg a été accueilli "à l’anglaise". "Arsène who?" (Arsène qui ?), pouvait-on ainsi lire en Une des tabloïds britanniques, au moment de sa nomination, en lieu et place de Bruce Rioch. Malgré un palmarès plus qu’honnête avec l’AS Monaco (un titre de champion de France, une coupe de France et une finale de Coupe des Coupes), la réputation de cet homme à l’allure de professeur des écoles n’avait pas traversé le Channel. Dix-huit ans plus tard, Wenger est peut-être le Français le plus connu de la couronne britannique. Ce dernier s’est lui-même étonné de sa longévité en conférence de presse : "j’ai l’impression d’avoir commencé hier, j’ai du mal à croire que cela fait aussi longtemps. "

Quelques images d'Arsène Wenger, à son arrivée, en 1996 :

579. Comme le nombre de victoires obtenues en 999 matches, pour 223 nuls et 197 défaites. S’il y a bien une chose sur laquelle s’accorde tous les techniciens interrogés - même Sir Alex Ferguson et José Mourinho, ses deux "meilleurs ennemis" -, c’est qu’Arsène Wenger a métamorphosé le club du Nord de Londres. Exit le "Boring (ennuyeux, ndlr) Arsenal" qui ne gagnait pas et place à une formation au jeu chatoyant, prête à lancer des jeunes joueurs (Anelka, Henry, Fabregas, Wilshere, Ramsey, Walcott,... ). Regardé avec des grands yeux à ses débuts, l’entraîneur aujourd'hui âgé de 64 ans a rapidement su s’imposer outre-Manche. "Vous apprenez de tous les matches, mais surtout des défaites", explique-t-il. "Malgré cela, vous êtes concentré sur le prochain match. Votre drogue, c’est le prochain match et vous ne pensez qu’au prochain match." Et au prochain titre...

7. Comme le nombre de trophées glanés par Arsenal sous l'ère Wenger. Ces Gunners ont été resplendissants durant les neufs premières années, avec notamment deux doublés
Arsène Wenger
Championnat-Coupe d’Angleterre en 1998 et 2002. Le dernier titre de champion remporté par Arsenal, en 2004, reste son "masterpiece" : l’équipe emmenée par Thierry Henry, Dennis Berkamp, Patrick Vieira ou encore Robert Pires est restée invaincue tout au long de la saison 2003-2004, une invincibilité étendue ensuite à 49 matches d’affilée. Un record qui a valu à l'équipe le surnom d'"Invincibles". La deuxième partie du mandat Wenger est plus chaotique avec quelques désillusions terribles, comme la finale de Ligue des champions perdue en 2006, au Stade de France, face au FC Barcelone (photo ci-dessous). Si Arsenal participe chaque saison à la Ligue des champions et parvient à se hisser dans le top 4 de la Premier League, cela fait maintenant neuf ans que le club court désespérément après un titre. Qualifié pour les demi-finales de la Cup et troisième du championnat, c'est peut-être pour cette année...
Arsène Wenger et Thierry Henry

© Reuters

?. Restera, restera pas. Depuis deux ans, l'avenir d'Arsène Wenger est trouble. Entre la grogne de certains supporters qui n'en peuvent plus de voir les titres leur échapper et certains clubs qui lui font les yeux doux - notamment le Paris Saint-Germain et, aux dernières nouvelles, le FC Barcelone -, Arsène Wenger pourrait claquer la porte après 18 années de bons et loyaux services. En fin de contrat en juin prochain, l'Alsacien ne semble pas pressé de prolonger, mais la tendance voudrait que l’entraîneur français poursuive l’aventure dans le Nord de Londres...

sur le même sujet, sujet,

LIGUE DES CHAMPIONS - Le PSG affrontera Chelsea

COURSE AU TITRE - Liverpool est candidat