Brandao risque huit de mois de prison avec sursis

  • A
  • A
Brandao risque huit de mois de prison avec sursis
@ MAXPPP
Partagez sur :

ÉPISODE II - L'attaquant bastiais Brandao risque 8 mois de prison avec sursis pour son coup de boule sur Thiago Motta.

Après avoir déjà écopé de six mois de suspension pour son coup de tête asséné au milieu de terrain du PSG Thiago Motta, Brandao pourrait de nouveau être sanctionné, mais cette fois par la justice. L'attaquant brésilien de Bastia comparaît jeudi en correctionnelle à Paris.

>> Mis à jour 12h15 : Le parquet a requis jeudi huit mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende. La décision devait être rendue jeudi après une suspension d'audience.

>> LIRE AUSSI - Brandao suspendu 6 mois pour son coup de tête

Brandao nie la préméditation. Sur les images de la caméra de surveillance, on le voit s'avancer vers lui et porter un bref coup de tête avant de courir vers le vestiaire. Le geste a valu à Thiago Motta "une fracture du nez non déplacée". Depuis, Brandao a reconnu les faits mais nié le caractère prémédité de cette agression. La préméditation est une circonstance aggravante qui rend ces faits passibles d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à trois ans, et non d'une simple amende, de 1.500 euros maximum.

La défense de son avocat. De plus, le fait que l'agression ait eu lieu dans une enceinte sportive ouvre la voie à une peine complémentaire d'interdiction de se rendre dans une manifestation sportive, toujours si la préméditation est retenue. Cette peine peut aller jusqu'à cinq ans. Les débats devant le tribunal correctionnel de Paris devraient donc porter avant tout jeudi sur cette notion de préméditation. "S'il avait prémédité le coup, il ne se serait pas mis devant l'arbitre, devant le délégué, devant les joueurs et devant la caméra", estime son avocat Me Olivier Martin.     
                 
Le mea culpa de Brandao. "J'ai regretté tout de suite. Et maintenant, je veux présenter mes excuses. Je suis un joueur professionnel et je dois montrer l'exemple pour les enfants, les spectateurs, et tous ceux qui aiment le sport", a déclaré dimanche l'attaquant brésilien sur Canal+. Il assure avoir été "insulté pendant tout le match" par Thiago Motta, international italien de 32 ans né au Brésil. "Je n'ai pas envie de répéter ses propos, parce que je l'ai dit à la Ligue et à la justice, poursuit-il. Ce sont des mots très durs. C'est très blessant pour moi et pour ma famille."

>> LIRE AUSSI - Brandao : "j'ai tout de suite regretté mon geste"

Brandao ne sera pas au procès. Brandao ne sera pas présent à l'audience jeudi car il est hospitalisé. Il doit être opéré du tendon du quadriceps de la cuisse droite après une blessure à l'entraînement, la semaine dernière. Cette blessure pourrait lui valoir plusieurs mois d'arrêt. Déjà suspendu à titre conservatoire depuis le 21 août, il ne pourra, de toute façon, reprendre la compétition qu'à partir du 22 février.