Pato, LE bon coup pour le PSG

  • A
  • A
Pato, LE bon coup pour le PSG
@ REUTERS
Partagez sur :

TRANSFERTS - Le club parisien souhaite enrôler l’attaquant du Milan AC. Europe1.fr est emballé.

Après l’échec Beckham, le PSG "nouveau" doit se relancer dans ce mercato hivernal et acheter à tout prix une tête de gondole. La première cible des dirigeants qataris s’appelle Alexandre Pato, 22 ans, 1,79 m, 71 kilos, et accessoirement attaquant de la sélection brésilienne. Mais pour se payer ces mensurations de rêve, les nouveaux propriétaires parisiens devront certainement mettre le paquet. Le journal L’Equipe parle de 50 millions d’euros mais pour trouver un accord avec le club lombard, il faudrait aussi que le Milan AC soit assuré d’arracher Carlos Tevez à Manchester City. Si rien n’est encore fait, Europe1.fr vous explique pourquoi Pato serait, vraiment, l’attaquant idéal du PSG.

Parce qu’il convient au style Ancelotti. Le nouveau technicien du PSG connaît très bien l’attaquant milanais pour l’avoir entraîné pendant deux ans à Milan. Dans un schéma inventé par "Don Carlo" et nommé "l’arbre de Noël", un 4-2-3-1 qui bloque la circulation de balle adverse, Pato aurait toutes les capacités de s’exprimer. Un peu trop esseulé en pointe ? Non, c’est dans ce registre que le Brésilien excelle. Des appels dans la profondeur, des gros sprints et un sens du but à n’importe quel endroit du terrain, Pato serait comme un poisson dans l’eau avec le système "Carletto". Et pour preuve, il a connu sa meilleure saison en terme de rendement (20 buts) sous les ordes d'Ancelotti. C'était en 2008-2009.

Parce qu’il est jeune. C’est toujours plus facile de dire que Beckham était trop vieux et trop "cramé" après le refus officiel de la star anglaise, annoncé mardi. Toujours est-il que Pato n’a que 22 ans. Un minot comparé aux 36 printemps du "Spice Boy". Un jeunot mais pas non plus un novice. Il joue depuis quatre ans au Milan AC et a connu sa première sélection sous le maillot de la Seleçao à seulement 18 ans. En 18 matches avec le maillot auriverde, il a déjà marqué à six reprises. Il ne tremble pas non plus dans les grands rendez-vous. La saison passée, il a inscrit un doublé contre l'Inter, qui a permis aux Rossoneri de s'envoler en tête du championnat. Jeune et expérimenté, un cocktail explosif.

Pato-3

Parce qu’il est quand même meilleur que Gameiro. Cet été, le PSG a décidé d’acheter Kévin Gameiro. Un très bon attaquant de Ligue 1 qui a planté 22 buts la saison passée à Lorient. Mais soyons honnêtes, aucun fan de foot ne serait assez fou pour affirmer que Gameiro fait plus rêver que Pato. Difficile pour le pauvre Kévin de rivaliser face un attaquant brésilien. Et même s'il a inscrit plus de buts que Pato la saison passée (22 contre 19), n'oublions pas que Gameiro était aidé par toute son équipe à Lorient. Et de l'autre côté, Pato a dû faire avec la concurrence d'un certain... Zlatan Ibrahimovic. Et puis, depuis le début de la saison, l’ancien Breton a dû mal à répondre aux attentes  de ces dirigeants. Certes, 9 buts en 19 matches, ce n’est pas si mal mais il ne pèse pas assez sur le front de l’attaque parisienne.

Parce que Pastore-Pato, ça peut marcher. Si on pense à Pato au PSG, on l’imagine tout de suite associé au milieu de terrain argentin, Javier Pastore. Un peu trop étriqué dans le système de jeu d’Antoine Kombouaré, l’ancien joueur de Palerme devrait plus apprécier les espaces du nouveau schéma d’Ancelotti. Plus de courses, plus de liberté et forcément plus de possibilités pour Pastore. Avec un joueur comme Kaka qui ressemble beaucoup à l'Argentin, Pato était très à l'aise au Milan AC. Pato-Pastore, un duo plein de promesses.

Pato-2

Parce qu’il parle portugais et italien. Dans le groupe du PSG, deux joueurs sont de nationalité brésilienne : Ceara et Nenê. Sur le terrain, l’accent "do brazil" de Pato pourrait être utile sur quelques combinaisons. Après quatre saisons passées dans le Calcio, l’avant-centre des Rossoneri maîtrise aussi la langue de Casanova. Un avantage pour comprendre Ancelotti et Javier Pastore, qui parlent tous deux l’italien.