Ménez ferait-il un bon capitaine ?

  • A
  • A
Ménez ferait-il un bon capitaine ?
Carlo Ancelotti a fait savoir qu'il pensait à Jérémy Ménez, entre autres, pour occuper le poste de capitaine de l'équipe.@ MaxPPP
Partagez sur :

Carlo Ancelotti, l’entraîneur du PSG, envisage cette option pour "responsabiliser" le joueur.

La déclaration de Carlo Ancelotti a fait son petit effet. En conférence de presse lundi, l'entraîneur italien du Paris Saint-Germain a fait savoir qu'il pensait à Jérémy Ménez, entre autres, pour occuper le poste de capitaine de l'équipe. L'attaquant international, qui n'a pas brillé par son comportement lors de l'Euro, a-t-il le profil pour porter le brassard du PSG ? Europe1.fr pèse le pour et le contre.

UNE IDEE ETONNANTE...

• Un comportement loin d’être irréprochable. L’attitude de Jérémy Ménez durant l'Euro, dans le sillage de celui des Nasri, Ben Arfa ou M'Vila, a été stigmatisé par la presse. Le joueur s'était notamment fait remarquer lors d’un accrochage avec son capitaine Hugo Lloris lors du match contre la Suède. Il avait également insulté l'arbitre de cette rencontre. "Ménez peut monter une entreprise de démolition, il fera fortune", avait ironisé l’ex-sélectionneur Raymond Domenech, après la rencontre. pour les faits qui lui sont reprochés, Jérémy Ménez doit comparaître le 27 juillet devant la commission de discipline de la fédération française de football.

• Beaucoup trop d’avertissements. Joueur talentueux, Jérémy Ménez s’égare souvent sur les terrains. Pour preuve, il a été la saison dernière l’un des joueurs de L1 les plus avertis du championnat. Avec un tel passif, il n’est pas sûr qu’il soit le joueur le plus à même de représenter ses coéquipiers auprès du corps arbitral. "Ce ne sera pas possible que Ménez prenne 12 ou 13 cartons jaunes pour protestation", a déjà prévenu Ancelotti.

• Un talent qui s’exprime en pointillés. Jérémy Ménez, au talent indiscutable, se révèle souvent comme un intermittent du spectacle footballistique. Auteur d’une bonne saison l’an dernier avec le PSG, inscrivant 7 buts et douze passes décisives, il pourrait encore passer un palier en montrant plus de constance de son jeu. En équipe de France, où la concurrence est plus rude qu’au PSG, ce défaut l’empêche de s’imposer comme un titulaire indiscutable.

...MAIS QUI TROUVE DES JUSTIFICATIONS

• Un joueur français. Carlo Acelotti l'a souligné, le prochain capitaine parisien sera "forcément un joueur français parce que le PSG est une équipe française". Cette donnée réduit le nombre de prétendants possibles. Mamadou Sakho, Benoît Jallet ou Mohammed Sissoko ont déjà porté le brassard ont déjà porté le brassard l’an dernier, mais aucun d’entre eux ne s’est réellement imposé à ce poste. Intronisé capitaine sous Kombouaré en début de saison dernière, Sakho a échoué sur le banc des remplaçants peu après l'arrivée d'Ancelotti. Son successeur Sissoko avait lui décidé d'abandonner le brassard par superstition. Le capitanat était donc revenu à Jallet pour les deniers matches de la saison. 

• Une volonté de responsabiliser Ménez. "Ça serait peut-être une décision bizarre de lui confier le brassard...Mais ça peut s'avérer une très bonne chose pour lui", a reconnu Carlo Ancelotti dans les colonnes du journal L'Equipe. "Le capitanat pourrait le responsabiliser", a ajouté le "Mister", qui qualifie le joueur de "très important".

• Un joueur d’expérience. A 25 ans, Jérémy Ménez possède déjà une belle expérience internationale. Formé à Sochaux, l'attaquant est passé ensuite par Monaco puis a joué trois saisons à la Roma où il s'est forgé un caractère au contact d’entraîneurs tels que Lucciano Spalletti et Claudio Ranieri. Avec les Giallorossi, et leur mythique attaquant Francesco Totti, Jérémy Ménez a notamment participé à deux campagnes de Ligue de champions.

A Carlo Ancelotti, désormais, de livrer sa réponse. Celle-ci devrait intervenir le 11 août prochain lors de la reprise du championnat de L1 avec, pour le PSG, la réception de Lorient au parc des Princes.