Le conseil de classe de Ligue 1

  • A
  • A
Le conseil de classe de Ligue 1
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE 1 - Montpellier champion, Paris deuxième et Auxerre en Ligue 2. On a noté les élèves.

"Loulou" Nicollin avec une crête orange et bleue, la grise mine de Carlo Ancelotti, la joie bordelaise et le masque des Auxerrois, ça c'est pour la photo finish de cette saison de Ligue 1. On connaît les résultats, on a lu les réactions. Mais les élèves, eux, n'ont pas encore reçu leur carnet de note du troisième trimestre. E1fr_enshort assure le rôle du prof' principal cette année et dresse le bilan de la saison 2011-2012.

LES TOPS

Giroud

Montpellier, quelle première. Avant 2012, les Héraultais n'avaient gagné qu'un seul trophée (la Coupe de France en 1990, ndlr). René Girard a réussi le cocktail parfait : une bonne dose de joueurs issus du centre de formation, une pointe de vieux joueurs expérimentés et un zeste de bonnes affaires du mercato. Avec des très belles révélations (Olivier Giroud, Younes Belhanda et Mapou Yanga-Mbiwa), Montpellier a réussi jusqu'au bout à tenir tête aux stars du PSG. Avec 82 points au final, les petits gars de la Paillade ont réalisé une saison tout simplement remarquable. C'est le deuxième meilleur total de l'histoire derrière Lyon, en 2006 (84 points). Appréciation générale : un modèle pour ses camarades. Note : 19/20

>>> A LIRE : Revivez la 38e et dernière journée

Lille sur sa lancée. Après leur titre de champion de France, les Nordistes ne se sont pas écroulés. Malgré une décevante élimination au stade des poules en Ligue des champions, les hommes de Rudi Garcia ont réussi à accrocher une belle troisième place. Un jeu toujours porté vers l'avant, des buts en pagaille et des belles actions. Avec 20 buts et 15 passes décisives, Eden Hazard symbolise à lui seul le beau jeu du Losc. Son absence pourrait faire mal l'année prochaine. Appréciation générale : Avec encore un peu de travail, "Lille" peut viser la tête de la classe. Note : 15/20

Retour gagnant pour Bordeaux. Avec 13 points (deux victoires, sept nuls et cinq défaites, ndlr), les Girondins de Bordeaux pointaient à la 18e place après 14 journées. Débuts catastrophiques, avenir très sombre et supporters en colère. Francis Gillot recadre ses troupes, récupère Obraniak et Mariano au mercato d'hiver et met en place une défense à cinq. Cinq mois plus tard, les Marine et Blanc arrachent une belle cinquième place, synonyme de qualification pour la Ligue Europa grâce à un dernier succès à Saint-Etienne (3-2). Appréciation générale : "Bordeaux" a compris en milieu d'année qu'il fallait se mettre à travailler. Note : 13/20

Bordeaux

 

Evian, la belle surprise. Première année dans l'élite plutôt convaincante pour les Savoyards. Si on compare leur bilan avec celui des deux autres promus (Dijon, relégué et Ajaccio, 16e), il n'y a pas photo. Avec le 18e budget de Ligue 1, Evian a créé la surprise en devançant… Marseille au classement. Avec une recette un peu similaire à celle de Montpellier, ce club peut nourrir de belles ambitions lors des prochaines saisons. Appréciation générale : "Evian" est un élève discret mais studieux. Note : 13/20

LES FLOPS

Ancelotti

Paris perdu. En décembre, Antoine Kombouaré est remercié alors que son équipe occupe la tête du championnat. Six mois plus tard, Carlo Ancelotti et ses joueurs finissent… deuxième derrière Montpellier. Avec des renforts hallucinants (Thiago Motta, Maxwell et Alex) au mercato d'hiver, la deuxième place est forcément une grosse déception pour les dirigeants qataris. Autre symbole de cet échec, des joueurs comme Kévin Gameiro ou Mamadou Sakho, censés faire le lien entre les nouveaux et les piliers du club, ont traversé la saison comme des zombies. Appréciation générale : "Paris" a des capacités mais encore faut-il les exploiter ! Note : 10/20

Auxerre, l'année à oublier. Depuis 32 ans, Auxerre était une exception dans l'élite. Equipe tenue par le légendaire homme au bonnet capable d'enquiquiner les meilleurs, sorte de village gaulois très compliqué à envahir. Oui mais voilà, ça, c'était avant. En 38 matches, Auxerre a tout perdu. Parti en 2005, Guy Roux n'avait plus droit de se mêler de la fondue bourguignonne. Résultat : des défaites à la pelle, une dernière place et une relégation bien triste. Pour couronner le tout, les supporters ont gâché le sacre de Montpellier lors de la dernière journée. Appréciation générale : le redoublement est inévitable. Note : 4/20

Marseille a bu la tasse. Comme un Ricard noyé, Marseille n'a pas sur mettre les bons ingrédients cette saison. Le beau scénario rédigé par Didier Deschamps il y a deux ans ne s'est pas reproduit une deuxième fois. Malgré une troisième Coupe de la Ligue et un quart de finale de la Ligue des champions, l'OM ne saurait amoindrir la désillusion à ses supporters. Appréciation générale : "Marseille" a passé plus de temps à bavarder avec ses camarades qu'à travailler. Note : 6/20

Gignac

 

L'OL dit ciao à la C1. On avait pris l'habitude de voir Lyon le mardi ou mercredi soir à la télé. Une bonne série qui a tourné son dernier épisode cette saison. Et pour cause, avec une quatrième place, l'Olympique lyonnais ne disputera pas la Ligue des champions l'année prochaine. Une première depuis la saison 1999-2000. Trop irréguliers, les Gones ne sauront invoquer la Coupe de France pour défendre leur bilan. Appréciation générale : "Lyon" doit se remettre très vite au travail. Note : 8/20