Knysna : Deschamps savait qu'il "allait se passer quelque chose"

  • A
  • A
Partagez sur :

BIEN INFORMÉ - L'actuel entraîneur des Bleus Didier Deschamps savait qu'il se préparait quelque chose lors de la Coupe du monde 2010, en Afrique du Sud. 

Les Bleus vont mieux depuis que Didier Deschamps est à la barre. Mais les démons ne sont jamais bien loin. Le traumatisme de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud est encore dans toutes les têtes. Lors d'un entretien accordé à Michel Denisot pour l'émission Conversation secrète, diffusée mardi soir sur Canal + à 22h50, Didier Deschamps révèle avoir été au courant de la grogne des joueurs, un jour avant leur grève. Europe 1 s'est procuré un extrait de l'émission. 

Domenech-Evra

© AFP

"On arrive toujours à savoir ce qui se tramait". Petit retour en arrière. Le 20 juin 2010, les joueurs de l'équipe de France refusent de s'entraîner pour faire part de leur malaise avec l'encadrement après la mise à l'écart de l'attaquant Nicolas Anelka. Cinq ans plus tard, Deschamps livre cette confession. "Sans trahir de secret, la veille, je savais qu'il allait se passer quelque chose", lâche Didier Deschamps, entraîneur de l'OM à l'époque. "J'aime bien savoir ce qu'il se passe dans la maison d'en face. On arrive toujours à savoir ce qui se tramait. Ils voulaient marquer le coup par rapport à ce qu'il s'était passé. Je savais qu'ils allaient manifester leur désaccord d'une manière ou d'une autre".

>> LIRE AUSSI - Bleus : Deschamps prolonge jusqu'en 2018

Deschamps aurait-il dû prévenir ? Par qui Didier Deschamps a-t-il été mis au courant ? Un joueur de l'équipe de France avec lequel il avait gardé le contact ? Une personne de l'encadrement ? Toujours est-il que cette révélation relance, une fois de plus, le mystère autour de cet événement toujours douloureux pour les fans des Bleus. En tout cas, "DD", alors entraîneur de l'Olympique de Marseille, aurait-il dû intervenir ? "Non", coupe-t-il tout de suite. "De quel droit ?". 

Il ne veut pas juger. "Ça serait prétentieux de dire 'avec moi, cela ne se serait pas passé'. Après, je ne veux pas juger", poursuit le sélectionneur tricolore qui a récemment prolongé son contrat jusqu'en 2018. "Les joueurs étaient dans une bulle sans se rendre compte. Ça ne les excuse pas pour autant".