Impôts : Mélenchon et le droit de jouer en bleu

  • A
  • A
Impôts : Mélenchon et le droit de jouer en bleu
Jean-Luc Mélenchon : "Si j'étais à la tête du pays, ceux qui ne paient pas leurs impôts en France n'auraient pas le droit de jouer en équipe nationale".@ REUTERS
Partagez sur :

POLÉMIQUE - Jean-Luc Mélenchon a donné son avis, tranché, sur l'imposition des footballeurs.

L'info. Le coprésident du Parti de gauche (PG) Jean-Luc Mélenchon ne s'était pas encore exprimé sur la "grève" des clubs de foot. Si le président François Hollande entend maintenir sa déjà taxe à 75% sur les très hauts revenus, Mélenchon, lui, va beaucoup plus loin. "Si j'étais à la tête du pays, ceux qui ne paient pas leurs impôts en France n'auraient pas le droit de jouer en équipe nationale", a-t-il menacé dans une interview à Paris Match jeudi.

Le-Graet-et-Aulas-930x620_scalewidth_630

© REUTERS

Le contexte. Jean-Luc Mélenchon ne fait ainsi pas vraiment dans la demi-mesure concernant les impositions des footballeurs. "Je signale que les footballeurs jouissent déjà de privilèges inouïs, comme le fait de ne pas payer de cotisations sur leur droit à l'image alors qu'ils coûtent très cher à la Sécurité sociale", argumente le député européen pour justifier sa déclaration choc. Cette sortie intervient en pleine fronde des clubs de foot professionnels contre le gouvernement. Ces derniers menacent toujours d'un week-end de grève fin novembre pour protester contre l'instauration de la taxe à 75%.

Mélenchon critique Hollande au passage. Sur un ton toujours aussi acerbe, Mélenchon critique le président de la République. "C'était un impôt, c'est devenu une taxe. Hollande a inventé tout ça pour me faire pièce pendant la campagne. Avec le système fiscal que j'avais proposé, soit 14 tranches d'impôt sur le revenu, il n'y aurait pas eu de revenu supérieur à 300.000 euros dans notre pays", a assuré l'ex-sénateur de l'Essonne dans les colonnes de Paris Match. Et de mettre en garde le président : "l'impôt sera la cause de la déflagration politique qui va se produire en France comme pour toutes les révolutions qu'elle a connues".

sur le même sujet

OPPOSITION - Le Graët est contre la "grève" des clubs

ARCHIVE - Quand Hollande refusait de taxer les clubs

DÉCISION - Hollande maintient la taxe à 75%

SONDAGE - Pour les Français, c'est aux joueurs de payer

DÉCRYPTAGE - Un club de foot, une entreprise à part