"Personne ne veut faire le ménage dans le football"

  • A
  • A
"Personne ne veut faire le ménage dans le football"
Partagez sur :

Eric de Montgolfier, l'ancien procureur de la République, qui était en charge de l'affaire VA-OM en 1993, n'est pas surpris par les enquêtes en cours sur le club marseillais.

Le foot français est secoué par les affaires judiciaires. Mardi, les trois derniers présidents du club marseillais ont été placés en garde à vue pour des suspicions autour de plusieurs transferts de joueurs. Des clubs de Ligue 2 sont également visés par des soupçons de matches truqués. Ces révélations ne surprennent pas Eric de Montgolflier, l'ancien procureur de la République qui était en charge de l'affaire VA-OM en 1993. "On est toujours dans les fausses surprises, aujourd'hui on découvre qu'il y a des problèmes dans le foot. Je retourne 20 ans en arrière", déclare-t-il à Europe 1.

>> LIRE AUSSI : Transferts à l'OM, Labrune, Diouf et Dassier en garde à vue

"Personne ne veut y toucher." Le constat de l'ancien magistrat est accablant : le monde du foot a toujours été touché par les affaires, et ce n'est pas près de changer. "Frédéric Thiriez, le président de la LFP, dit que la corruption est un poison mortel pour le football. Mais le mort est bel et bien vivant. Personne n'a envie de faire le ménage nécessaire, à cause des intérêts qu'il y a autour du foot. Personne n'a envie d'y toucher, même du côté des hommes politiques, qui aiment s'afficher lors des matches de foot. Je ne parle pas de complicité, mais de passivité", affirme Eric de Montgolifer. 

>> LIRE AUSSI : Matches truqués en L2, "un poison mortel" pour Thiriez

A Nice, aussi, de drôles de personnalités. Mais pour Eric de Montgolier, les liens présumés de l'OM avec le grand banditisme ne sont pas un cas isolé. Il explique : "Je me suis étonné, quand j'étais à Nice, de constater la personnalité des gens qui étaient candidats à la reprise de l'OGC Nice. Ce n'était pas des voyous, mais leurs patronymes se rapprochaient du milieu marseillais. Il avait fallu s'intéresser à eux pour faire reculer les tentations. On a tendance à dire que c'est le sud, le sud-est. Mais c'est surtout le football qui est malade de l'argent."

Le football, un bon moyen pour blanchir de l'argent. Mais alors, pourquoi le football français intéresse-t-il autant les milieux du grand banditisme ? "Vous savez, le football, à cause de l'argent qui s'y draine, pour ceux qui veulent blanchir de l'argent c'est idéal. Vous injectez de l'argent sale, et avec tout l'argent qui sort des matches, des produits annexes, il en ressort propre", soutient Eric de Montgolfier. 

>> LIRE AUSSI : Bouchet, "un coup dur porté à l'OM"

Saint-Étienne protégé par les politiques ? Le magistrat estime également que la classe politique n'hésite pas à protéger les clubs de football. "Je l'ai rencontré quand j'étais au ministère, lors d'une affaire de fraude fiscale importante qui n'a jamais vu le jour par la protection des politiques. Quand le Garde des Sceaux a demandé au ministre du Budget de l'époque de déposer une plainte, ce dernier a répondu qu'il ne serait pas le fossoyeur du foot français. Le club concerné ? Il jouait du côté de Saint-Étienne", révèle Eric de Montgolfier. Le foot français n'a pas fini de trembler.

L'intégralité de l'interview de Eric de Montgolfier au micro d'Europe 1 :



"Le football est malade de l'argent"par Europe1fr