Chafni maintient ses accusations

  • A
  • A
Chafni maintient ses accusations
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Exclu, l'Auxerrois accuse l'arbitre assistant de lui avoir dit "Casse-toi l'Arabe !".

La 18e journée de Ligue 1 ne devrait pas aider à l'apaisement du climat autour du corps arbitral. Il y a la réaction, virulente, des Lorientais à Marseille, qui estiment avoir été "volés". Il y a l'énième colère de René Girard, qui reproche à l'homme en jaune de Montpellier-Toulouse de ne pas avoir accordé assez de temps additionnel. Et il y a cette accusation de racisme, dont dit avoir été victime le joueur d'Auxerre Kamel Chafni, exclu à Brest lors de la défaite de son équipe, samedi (1-0).

Cinq minutes de palabres

Chafni a été sorti du terrain à la 55e minute de jeu par l'arbitre de la rencontre, Tony Chapron, après une vive altercation avec un des arbitres assistants, Johann Perruaux, à qui il reprochait de ne pas avoir sifflé une faute brestoise. Le ton est alors monté et Tony Chapron a d'abord brandi un carton jaune à l'adresse du milieu auxerrois avant de lui montrer un carton rouge. Après cinq bonnes minutes, Chafni est finalement parvenu à aller voir Johan Perruaux pour ensuite quitter le terrain. A l'issue de la rencontre, l'international marocain a déclaré que l'arbitre assistant lui avait dit "Casse-toi l'Arabe".

"Il y a une faute qui n'est pas sifflée, je vais vers l'arbitre de touche et je lui dis que ce n'est pas normal", a expliqué Chafni à L'Equipe. Lui me répond : "casse-toi l'Arabe"... Je ne l'ai pas insulté, je crois simplement que je lui ai dit que ça n'allait pas en rester là. Je vais alors voir l'arbitre du centre, je lui explique ce qui s'est passé, il me met un jaune, je lui dit, lui répète que c'est inadmissible, et il me met un rouge".

Invité du "Canal Football Club", dimanche soir, sur Canal+, Chafni a maintenu ses accusations contre l'arbitre assistant. "Je n'ai pas l'habitude de me comporter comme ça, j'attends des excuses publiques et que cet homme (l'arbitre assistant) assume ce qu'il a dit" a expliqué le joueur. Selon un communiqué lu à l'antenne, l'arbitre assistant nie avoir prononcé la moindre insulte raciste.

Guy Roux : "Chafni est un homme paisible"

L'AJ Auxerre a immédiatement défendu son joueur, au club depuis 2007. "Il y a eu un incident important, le joueur a fait une déclaration sur l'honneur. Il semblerait que l'arbitre lui ait dit "Casse-toi l'Arabe". Si tel est le cas, c'est très grave", a déclaré le président du club, Gérard Bourgoin, en conférence de presse. Ce dernier a indiqué que des joueurs de Brest avaient également entendu les propos de l'arbitre et que certains étaient venus le dire spontanément à des Auxerrois. "Je ne pense pas que ce soit une fantaisie du joueur", en a-t-il conclu. "S'il n'y a pas d'excuses de la part de l'arbitre, il y aura certainement un dépôt de plainte. On ne peut pas rester comme ça sans crever l'abcès."

On semble désormais se diriger vers un duel "version contre version". "Je connais bien Kamel Chafni, c'est un homme paisible, exemplaire, pas exalté du tout et très respecté à Auxerre", a expliqué le consultant Europe 1 et figure historique de l'AJA, Guy Roux. "C'est impossible qu'il ait réagi de cette manière-là s'il n'y a rien eu de blessant en face. Il est certain qu'il a subi un outrage."

Tony Chapron défend son assistant

L'arbitre du centre, lui, a défendu son assistant. "Je nie catégoriquement le fait qu'il y ait pu y avoir sur le terrain des propos racistes tenus à l'encontre de M. Chafni", a expliqué Tony Chapron. "Je connais trop bien l'homme avant de connaître l'assistant pour vous dire que cet homme-là ne tiendrait jamais de propos racistes. Pour plusieurs raisons, parce que je le connais d'une part, et d'autre part, parce que ce garçon, il y a deux ans, était avec moi au Bénin pour former des arbitres béninois. S'il était raciste ça m'étonnerait qu'il soit venu avec moi."

Le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Frédéric Thiriez, a également demandé l’ouverture d’une enquête. "Le président de la LFP s’est entretenu avec le président de l’AJA, Gérard Bourgoin, le directeur national de l’arbitrage Marc Batta, et l’arbitre central du match Tony Chapron. Frédéric Thiriez a demandé l’ouverture d’une enquête afin que toute la lumière soit faite le plus rapidement possible sur cette affaire", précise le communiqué de la LFP. Affaire à suivre.