Etats-Unis : les Lakers ont rendu hommage aux héros du Thalys

  • A
  • A
Etats-Unis : les Lakers ont rendu hommage aux héros du Thalys
@ ROBYN BECK / AFP
Partagez sur :

Cet hommage rendu dimanche a eu une résonance particulière, deux jours après les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis.

L'équipe de basket-ball des Los Angeles Lakers ont rendu hommage dimanche aux trois Américains qui avaient déjoué une attaque en août dans un train Thalys, cérémonie qui a pris un relief particulier deux jours après les attentats meurtriers de Paris.

Des maillots à leur nom. Anthony Sadler, qui portait un maillot des Lakers lors de son acte héroïque, Alek Skarlatos et Spencer Stone ont reçu des mains de la présidente et copropriétaire des Lakers Jeanie Buss le célèbre maillot jaune de l'équipe frappé du N.1 et de leur nom. Ils ont également rencontré la légende des Lakers Kobe Bryant, puis ont été présentés au public du Staples Center qui les ont acclamés avant le match contre les Detroit Pistons.

Ils ont désarmé un terroriste. Avant de suivre la rencontre gagnée par les Lakers (97-85), leur deuxième succès seulement cette saison, les trois "héros du Thalys" sont revenus dans une courte conférence de presse sur ce qu'il s'était passé le 21 août et sur les attentats qui ont tué vendredi au moins 129 personnes à Paris. Les trois amis, en vacances en Europe, étaient intervenus pour désarmer Ayoub El Khazzani dans un Thalys Amsterdam-Paris, l'empêchant de commettre ce qui aurait pu être un massacre dans ce train bondé.

"Vraiment triste pour la France". "Je ne suis pas Superman", a expliqué Sadler, supporteur acharné des Lakers depuis l'enfance. "Mais il est important dans ce genre de situation de ne pas avoir peur, de se lever et de faire quelque chose, car si on ne le fait pas, les terroristes gagnent", a-t-il insisté. "Ce qui s'est passé (vendredi) m'a fait réaliser ce qu'il se serait passé si nous n'avions pas été capable de réagir", a souligné Stone, sergent dans l'armée de l'air américaine. "Je suis vraiment triste pour la France, je me sens connecté avec ce pays, c'est juste très triste ce qu'il s'est passé", a poursuivi celui qui a été poignardé en octobre lors d'une altercation devant une boite de nuit de Sacramento.