Elections FFF : une liste conduite par les associations de supporters

  • A
  • A
Elections FFF : une liste conduite par les associations de supporters
Noël le Graët avait reçu des représentants du CNSF en leur faisant comprendre qu'il n'avait pas de temps à perdre avec les supporteurs.@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

Afin d'apporter "plus de transparence et de démocratie" au sein de la Fédération française de football, un collectif de supporters candidate symboliquement à sa présidence.

Le Conseil national des supporters de football (CNSF) a annoncé lundi la candidature de son cofondateur Jean-Pierre Clavier à la présidence de la Fédération française de football (FFF).

"Plus de transparence et de démocratie". Jean-Pierre Clavier, professeur d'université, conduira une liste de 12 personnes, la première chronologiquement à se déclarer pour ce scrutin prévu en mars 2017. "L'idée est d'apporter plus de transparence et de démocratie au fonctionnement du système", indique la tête de liste. "On ne peut pas être élus car tout est verrouillé mais ce qui compte c'est d'ouvrir des débats, de soulever des questions. On aimerait que la liste qui l'emportera intègre quelques unes de nos idées."

Intégrer des représentants de fans. Parallèlement à leur campagne, les supporters militent aussi actuellement via le CNSF pour obtenir une obligation légale, pour les instances du football, d'intégrer en leur sein les représentants des associations de fans, une mesure soutenue depuis plus d'un an par des parlementaires de tous bords - Marie-George Buffet (PCF), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), François de Rugy (EELV) ou Dominique Bailly (PS) -, contenue dans le rapport Glavany sur le football durable, réclamée par l'UEFA et en vigueur dans de nombreux pays européens. "La proposition de loi pourrait se suffire à elle-même", reprend Jean-Pierre Clavier, "mais on se rend compte qu'on bouscule les choses quand on prend des mesures radicales."

Les supporters ne peuvent pas voter. A défaut d'être radicale, la liste, promise à un score proche du zéro en raison du mode d'élection, peut au moins avoir un effet choc dans un paysage où personne n'a à ce jour pris position. "Les statuts de la fédération sont rédigés de telle manière que les supporters peuvent se présenter mais pas voter. Le droit de vote est réservé aux présidents de ligue et de district, ce qui démontre une absence totale d'ouverture et de démocratie dans le fonctionnement de la FFF", estime Jean-Pierre Clavier. "Si le futur président de la Fédération intègre certaines de nos idées dans son programme, alors nous aurons gagné".

Saint-Etienne, Rouen, Nantes. En poste depuis 2011, Noël Le Graët n'a pas encore annoncé sa décision de se représenter ou non et aucun candidat ne s'est manifesté. La liste présentée comprend des représentants d'associations de supporters de Saint-Etienne, Rouen, Nancy, Nantes, ainsi que des experts indépendant tels que le député européen belge Marc Tarabella (socialiste), l'économiste du CNRS Luc Arondel, Gautier Kertudo du collectif Tatane… Pour se faire entendre, le CNSF organise le 30 septembre un colloque au Sénat auquel ont déjà annoncé leur participation Guy Cotret, président de l'UCPF (Union des clubs professionnels de football), et Didier Quillot, directeur exécutif de la Ligue de football professionnel (LFP).