Dopage : des athlètes allemands attaquent la fédération internationale

  • A
  • A
Dopage : des athlètes allemands attaquent la fédération internationale
@ JONATHAN NACKSTRAND / AFP
Partagez sur :

Robert Harting, champion olympique et du monde du lancer de disque, a pointé du doigt l'IAAF dans une vidéo, en réaction aux récentes révélations sur le dopage dans l'athlétisme. 

Les révélations sur le dopage dans l'athlétisme mondial n'ont pas fini de faire des vagues. Robert Harting, champion olympique et du monde du lancer de disque, ainsi que plusieurs athlètes allemands, ont ouvertement attaqué l'IAAF (la fédération internationale), après les récentes révélations sur le dopage dans l'athlétisme. "Chère IAAF, on ne peut plus vous croire. Vous détruisez notre sport et c'est pourquoi on doit réagir", lance Harting en anglais dans une vidéo publiée dimanche. Le quotidien britannique The Sunday Times et la chaîne de télévision allemande ARD ont publié au début du mois d'août des documents laissant supposer un dopage à grande échelle dans l'athlétisme mondial

"Faire passer l'argent avant les athlètes". Julia Fischer et Kathrin Klaas, championnes d'Allemagne respectivement du disque et du marteau, reprochent elles à l'instance internationale d'avoir "détruit nos rêves d'enfance" et de "faire passer l'argent avant les athlètes". Le marcheur allemand Andre Höhne présente pour sa port un poster avec les inscriptions "je suis victime de tricheurs", alors que son compatriote Robin Embranchera, spécialiste du 800 m, souhaite "courir contre des athlètes propres pas contre des monstres". La vidéo, postée sur YouTube, se conclut par un appel à l'honnêteté, l'intégrité et la transparence et à porter la campagne par le hashtag "#hitIAAF". 

La vidéo des athlètes allemands : 

"Des allégations" pour l'IAAF. Le Sunday Times, la chaîne publique allemande ARD ont eu accès à un document confidentiel de l'IAAF, qui détaille les 12.359 tests sanguins effectués sur plus de 5.000 athlètes pendant 11 années. Après décryptage des données auprès d'experts, les deux médias en sont venus à la conclusion que 800 athlètes et 146 médaillés des épreuves d'endurance - du 800 m au marathon - aux Jeux olympiques et aux championnats du monde entre 2001 et 2012 présentent des profils sanguins "anormaux". Samedi, l'IAAF a accusé de "naïveté" les experts australiens, Michael Ashenden et Robin Parisotto, en qualifiant leurs allégations d'"inexactes".