Dopage : 27 sportifs russes contrôlés positifs au meldonium

  • A
  • A
Dopage : 27 sportifs russes contrôlés positifs au meldonium
Vingt-sept sportifs russes ont été à ce jour contrôlés positifs au meldonium.@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Le ministre russe des Sports a annoncé vendredi que 27 sportifs avait été contrôlés positif au meldonium depuis l'interdiction de ce produit début 2016.

Vingt-sept sportifs russes ont été à ce jour contrôlés positifs au meldonium, ajouté le 1er janvier à la liste des produits interdits par l'Agence mondiale antidopage (AMA), a annoncé vendredi le ministre russe des Sports Vitali Moutko.

En Russie, "à ce jour, 27 personnes ont été contrôlées positives au meldonium" et "environ 127 personnes dans le monde", a déclaré le responsable à l'agence R-Sport. Il a cependant assuré que le nombre de cas de dopage détectés tous les ans en Russie ne dépassait pas celui détecté dans "tous les autres pays", en précisant qu'il s'agissait d'"environ 200 cas par an".

99 contrôles positifs. Le meldonium est apparu sur le devant de la scène début mars quand l'ancienne numéro un mondiale de tennis Maria Sharapova a révélé avoir été contrôlée positive à cette substance durant l'Open d'Australie 2016. Après l'annonce de Sharapova, l'AMA avait annoncé que 99 contrôles positifs au meldonium avaient été rapportés depuis le 1er janvier. Parmi les sportives concernées figurent notamment la patineuse artistique russe Ekaterina Bobrova et la nageuse Yulia Efimova, médaillée de bronze sur 200 m brasse aux Jeux olympiques de Londres en 2012, qui risque une suspension à vie.

La Russie suspendue. Mis au point dans les années 1970 en ex-URSS, le meldonium est un médicament protecteur des cellules cardiaques vendu dans les seuls pays de l'Est. Il est supposé améliorer la résistance à l'effort.

La Russie est suspendue à titre provisoire de toute compétition internationale d'athlétisme depuis novembre, après la publication d'un rapport de l'AMA dénonçant le "dopage organisé" à grande échelle dans le pays. Vitali Moutko avait toutefois estimé le 11 mars qu'il ne voyait "aucun obstacle insurmontable qui pourrait empêcher de clore ce dossier en mai" et ainsi réhabiliter la Russie en vue des Jeux olympiques de Rio en août.