Quelle langue parle le Lièvremont ?

  • A
  • A
Quelle langue parle le Lièvremont ?
@ REUTERS
Partagez sur :

COUPE DU MONDE - Europe1.fr a essayé d'y voir plus clair dans son drôle de management.

"C’est un sanguin", nous confiait la semaine dernière Abdelatif Benazzi, ancien capitaine du XV de France. Prémonition ou bonne connaissance du bonhomme, à vous de choisir. Toujours est-il qu’il est difficile de le contredire après l’accès de colère de Marc Lièvremont, dimanche en conférence de presse. Si on rajoute des changements incessants dans son équipe et des choix parfois surprenants, le sélectionneur des Bleus fait énormément parler de lui depuis le début de la Coupe du monde.

"Tu m’emmerdes avec ta question"

La petite phrase ("tu m'emmerdes avec ta question") a déjà été visionnée plus de 60.000 fois, mardi, sur Youtube. "Il peut y avoir deux interprétations" à cette soudaine colère, analyse Michel Desbordes, professeur de management du sport, à l’ISC Paris, joint par Europe1.fr. "Soit il a pété un plomb, soit il a fait ça pour protéger ses joueurs". La deuxième solution semble peu évidente étant donné qu’il ne s’est pas gêné, après la défaite (37-17) contre les Blacks pour tailler un costard à certains joueurs les comparant même à des "benjamins".

Lièvremont-2
"Il n’a pas vraiment l’air responsable devant les journalistes", poursuit Michel Desbordes. "Qu’on les aime ou qu’on ne les aime pas, ils font partie du jeu. Sans eux, le rugby ne serait pas médiatisé. Marc Lièvremont en a donc un peu oublié son métier et ses responsabilités. Pire, ce genre d’attitude n’apporte pas vraiment de sérénité au groupe". Et c’est certainement là que le bât blesse. Si les Bleus peuvent faire des erreurs sur le terrain, c’est surtout le manque de confiance qui inquiète les supporters.

Des ressemblances avec Domenech ?

Après les deux premiers matches, le sélectionneur des Bleus a choisi de sanctionner sportivement le demi d’ouverture François Trinh-Duc. "Ce principe est assez connu : "t’as pas bien fait ton travail, t’es sanctionné". Mais ces techniques de management qui consistent à instaurer une concurrence au sein d’un groupe sont obsolètes", explique Michel Desbordes, spécialiste du management sportif. "La bonne ambiance dans une équipe est plus propice aux bons résultats".

Depuis le début de la Coupe du monde, le nom de Marc Lièvremont est plus souvent cité dans la presse que celui de ses joueurs. Une bizarrerie qui n’est pas sans rappeler le précédent "Domenech", lors du dernier Mondial de foot en Afrique du Sud. "La comparaison est facile mais incorrecte", nuance immédiatement Michel Desbordes. "Raymond Domenech était plus dans la construction d’un personnage. Il était plus fourbe. Tandis que Lièvremont est simplement plus sanguin".

Les joueurs solidaires

En reconduisant la charnière Yachivili-Parra face aux Tonga, Marc Lièvremont semble vouloir corriger peu à peu ses erreurs et dessiner un XV type avant un probable quart de finale contre les Anglais. Une bonne chose si on en croit Michel Desbordes : "il vaut mieux que les joueurs connaissent leurs postes. C’est plus sain d’avoir des vrais titulaires et des vrais remplaçants".

Mardi, les joueurs du XV de France ont tenté de prendre la défense de leur entraîneur, Lionel Nallet en première ligne : "il y a une très bonne ambiance au niveau du groupe. Ça reste très solidaire. Tout se passe bien. C’est vrai que j’ai un peu de mal à comprendre ce qui peut transparaître en France. J’ai eu quelques appels me demandant si c’était le souk". Et de conclure : "moi, ça me fait rire, parce que si on était 25 contre Marc Lièvremont, il se serait passé des choses depuis longtemps". Un avis partagé par Julien Bonnaire, qui à 33 ans n’a pas envie de gâcher sa dernière Coupe du monde : "si on avait un problème avec Marc, ça aurait déjà explosé", renchérit Julien Bonnaire.

La solution passera forcément par le terrain pour Marc Lièvremont. "Le sport est très binaire dans l’évaluation, c’est bon ou mauvais", conclut Michel Desbordes. "Si les Bleus battent les Tonga et l’Angleterre en quarts, tout sera immédiatement effacé". Ça, c’est le meilleur scénario pour Lièvremont. Inutile de lui expliquer le plus mauvais…

La composition des Bleus face aux Tonga : 

1 - Jean-Baptiste Poux, 2 - William Servat, 3 - Luc Ducalcon, 4 - Pascal Papé, 5 - Lionel Nallet, 6 - Thierry Dusautoir (capitaine), 7 - Julien Bonnaire, 8 - Raphaël Lakafia, 9 - Dimitri Yachvili, 10 - Morgan Parra, 11 - Alexis Palisson, 12 - Maxime Mermoz, 13 - Aurélien Rougerie, 14 - Vincent Clerc, 15 - Maxime Médard.