Suisse-France : ce qu'on a aimé

  • A
  • A
Suisse-France : ce qu'on a aimé
@ REUTERS
Partagez sur :

TOPS ET FLOPS - Les Bleus se sont baladés (5-2) face à la Suisse, vendredi soir. Une victoire très prometteuse.

L'info. Emmenée par un duo Benzema-Giroud en état de grâce, l'équipe de France a infligé une véritable correction (5-2) à la Suisse. Les Français, qui ont déjà un pied dans le Top 16 de la Coupe du monde, ont d'ores et déjà marqué les esprits et envoyé un signal éclatant au reste de la planète.

CE QU'ON A AIMÉ

France-Suisse_scalewidth_630

© REUTERS

Une France qui gagne. Après une première victoire convaincante (3-0) face au Honduras, les joueurs de Didier Deschamps ont enchaîné un deuxième succès contre la Suisse. C'est la première fois depuis 1998 que la France remporte ses deux premiers matches de poules en Coupe du monde. "On a six points, on a marqué 8 buts. On est très efficace", s'enthousiasmait Didier Deschamps à l'issue de la rencontre.

La France étrille la Suisse (5-2) :

Benzema encore très fort. Nouveau match très solide de l'attaquant du Real Madrid. Auteur d'un troisième but dans cette Coupe du monde où il rejoint Van Persie, Robben et Muller en tête du classement des buteurs, il a également délivré deux passes décisives (pour Matuidi et Sissoko). Il aurait même pu espérer mieux dans cette rencontre. En première mi-temps, la Benz a provoqué mais raté un penalty. En fin de rencontre, il s'est vu refuser un but parce que l'arbitre avait sifflé la fin du match.



Le coaching gagnant de Deschamps. Après le bon match d'Antoine Griezmann contre le Honduras, le sélectionneur tricolore a surpris tout le monde en choisissant de titulariser Olivier Giroud. Un choix payant puisque l'attaquant d'Arsenal a marqué le premier but, vendredi soir. Également passeur sur le but de Valbuena, Giroud a montré à Deschamps qu'il pourrait compter sur lui dans ce Mondial. "DD" a aussi préféré Sissoko (photo) à Pogba. L'ancien Toulousain s'est illustré en marquant le cinquième et dernier but français.

Sissoko

© REUTERS

En pariant sur le jeu de tête et de déviations de Giroud, Deschamps a fait tourner son effectif. Tout en maintenant une concurrence saine au sein du groupe, il a été conforté dans ses choix par la prestation de ses joueurs. Contre l'Equateur, il y a fort à parier qu'il tente de nouveaux paris et qu'il fasse tourner encore un peu plus son effectif.

CE QU'ON N'A PAS APPRÉCIÉ

Lloris

© REUTERS

Le relâchement en fin de match. Même à la Coupe du monde, il est difficile de ne pas être humain. En menant 5-0 après 75 minutes de jeu, les Français ont commencé à se regarder jouer. Un petit relâchement qu'ils ont payé cash : deux buts encaissés en 7 minutes. Rien d'alarmant, mais il faudra être plus vigilant contre des équipes d'un autre calibre.

L'entrée de Koscielny. Mamadou Sakho a dû céder sa place à la 66e minute, vendredi soir. Victime d'une petite élongation à la cuisse droite, il pourrait être mis au repos par Didier Deschamps lors du prochain match contre l'Equateur. C'est peut-être la mauvaise nouvelle de la soirée, surtout quand on voit les difficultés de Laurent Koscielny à son entrée. Il est ainsi beaucoup trop lent sur l'ouverture en profondeur vers Xhaqa sur le deuxième but suisse.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

DÉMONSTRATION - Un festival bleu contre la Suisse !

RÉACTION - Valbuena : "on les a mordus"

EN IMAGES - Revivez les meilleurs moments du match

VIDÉO - Karim Benzema manque un pénalty

HISTORIQUE - Giroud marque le 100e but français

VIDÉO - Le but refusé à Benzema après le coup de sifflet final