Mondial : le onze-type des flops d'Europe1.fr

  • A
  • A
Mondial : le onze-type des flops d'Europe1.fr
Cristiano Ronaldo a raté sa Coupe du monde.@ Reuters
Partagez sur :

BOULETS - Ils sont espagnols, brésiliens ou portugais et ils ont raté leur Coupe du monde. Découvrez le onze-type d'Europe1.fr.

Lundi, nous vous avons proposé notre équipe-type des meilleurs joueurs de la Coupe du monde. Parce qu’elle a l’esprit retors, la rédaction d'Europe1.fr a aussi eu envie de décerner ses mauvais points. On espère que Cristiano Ronaldo ne nous en voudra pas…

Les votants : Benjamin Bonneau, Nicolas Rouyer, Victor Dhollande-Monnier, Johann Duriez-Mise, Julien Froment, Benoist Pasteau, Julien Ricotta et Simon Faraud.

>> Découvrez le onze-type d'Europe1.fr

Gardien : Iker CASILLAS (Espagne, 6 votes)

RTR3TOND
En 2010, le gardien de la sélection espagnol avait été élu meilleur gardien du tournoi. Quatre ans plus tard, "San Iker", comme l’ensemble de ses coéquipiers, s’est raté dans les grandes largeurs. On a encore en mémoire l’humiliation subie face à Arjen Robben ou sa passe lamentablement ratée, toujours contre les Pays-Bas.

>> Également cités : Akinfeev (2 votes)

Arrière droit : Daniel ALVES (Brésil, 5 votes)

Quelqu’un aurait-il aperçu le latéral droit brillant du FC Barcelone ? Au Brésil, Daniel Alvès a tellement déçu que Luis Felipe Scolari l’a fait sortir de l’équipe au profit de Maicon. Inefficace offensivement et friable défensivement, le défendeur auriverde, méconnaissable, a été un danger constant… pour son équipe. La faute à sa toute nouvelle coloration de cheveux peut-être ?

>> Également cités : Azpilicueta (1 vote), Ramos (2 votes)

Arrière gauche : Benoît ASSOU-EKOTTO (Cameroun, 6 voix)

On se demande encore pourquoi Volker Finke, le sélectionneur camerounais, l’a préféré à Henri Bedimo, auteur d’une grosse saison avec l’Olympique lyonnais. Au sein d’une équipe défaillante, le latéral gauche de Tottenham, prêté la saison dernière à Queen Park Rangers, a coulé à pic, avec en point d’orgue un coup de tête asséné à son coéquipier Benjamin Moukandjo.

>> Également cités : Coentrao (Portugal, 1 vote), Evra (France, 1 vote)

Défenseur central : Thiago SILVA (Brésil, 4 votes)

RTR3TI0W
Le meilleur défenseur du monde est devenu le pire… O Monstro rêvait de cette Coupe du monde depuis des mois. Peut-être un peu trop. Critiqué dans son pays pour avoir refusé de tirer un tir au but contre le Chili, raillé pour ses pleurs, suspendu bêtement pour la demi-finale, le défenseur du PSG a évolué (très) loin de son niveau. On attend de voir son degré de motivation en Ligue 1 la saison prochaine…

Défenseur central :PEPE (Portugal, 4 votes)

Difficile de sortir quelqu’un du lot dans cette bien triste équipe du Portugal… Demi-finaliste de l’Euro 2012, on attendait plus de Ronaldo et ses copains. Pepe, patron de la défense portugaise, a illustré le naufrage portugais. Son principal fait d’armes lors du tournoi : un coup de poing et un petit coup de tête provocateur sur l'attaquant allemand, Thomas Müller.

>> Également cités : Sergio Ramos (Espagne, 2 votes), David Luiz (Brésil, 2 votes), Piqué (Espagne, 3 votes), John Boye (Ghana, 1 vote)

Milieu de terrain défensif : XAVI (Espagne, 3 votes)

Oui, cela fait mal aux amoureux du football que nous sommes de voir le cerveau de la Roja dans cette équipe des flops. Mais celui qui dictait le tempo de la sélection espagnole n’a pas surnagé. Pire, il a même terminé la compétition sur le banc de touche. Et dire qu’on ne le verra plus jamais en Coupe du monde...

>> Également cités : Xabi Alonso (2 vote), Alexandre Song (1 vote), Paulinho (1 vote)

Milieu de terrain relayeur :Joao MOUTINHO (Portugal, 3 votes)

Il a été dans la droite ligne de sa saison à Monaco : ultra-décevant. Précieux à Porto où il régulait à merveille le jeu de son équipe,  Moutinho a alterné le mauvais et le très mauvais.

Milieu de terrain relayeur : Yaya TOURE (Côte d’Ivoire, 3 votes)

RTR3VKUD
On aurait aimé voir l’impressionnant "box-to-box" de Manchester City. On en a eu une (très) pale copie. La Côte d’Ivoire comptait sur lui pour enfin réaliser un grand tournoi. Mais les Eléphants sont sortis par la petite porte, dès la phase de poules. Certes, le décès de son frère en pleine Coupe du monde est une vraie circonstance atténuante.

>> Également cités : Xabi Alonso (2 vote), Marchisio (1 vote), Steven Gerrard (2 vote), Vidal (1 vote), Meireles (2 vote), Fernandinho (1 vote), Iniesta (1 vote), Oscar (1 vote)

Avant-centre : FRED (Brésil, 7 votes)

Est-ce vraiment bien utile de s’expliquer ?

Ailier droit : Wayne ROONEY (Angleterre, 4 votes)

RTR3VJ4M
Avant ce tournoi, il n’avait jamais réussi à inscrire un but en compétition. Il a cette fois réussi, contre l’Uruguay, mais c’est à peu près tout ce qu’il a fait. Sa générosité sur le terrain n’a pas rattrapé ses occasions ratées, et "l’infernale Wayne Rooney" a pris des vacances anticipées.

Ailier gauche : Cristiano RONALDO (Portugal, 4 votes)

Dans une équipe du Portugal fatiguée, usée par le poids des ans, on attendait peut-être trop de CR7. Arrivé blessé au Brésil, le Ballon d’or a traversé l’épreuve comme une ombre. A son actif, tout de même, un but pour sauver l’honneur de la patrie contre le Ghana. Beaucoup trop peu pour un joueur de ce calibre.

>> Également cités : Messi (1 vote), Cavani (1 vote), Balotelli (2 votes), Nani (1 vote), Diego Costa  (1 vote),, Hazard (2 votes)

LA MENTION SPÉCIALE DU JURY : LUIS SUAREZ

On ne pouvait décemment pas l’oublier. Absent lors du premier match, l’attaquant uruguayen s’est fendu d’un doublé contre l’Angleterre au deuxième. Un match de géant. Puis le futur attaquant de Barcelone est retombé dans ses travers et a croqué l’épaule de l'Italien Chiellini lors du troisième. Conséquence : Luis Suarez a été suspendu 9 matches et 4 mois de toutes activités liées au football. "Il n'y a point de génie sans un grain de folie", disait Aristote.