Coupe Davis : la polémique Monfils-Noah en trois actes

  • A
  • A
Coupe Davis : la polémique Monfils-Noah en trois actes
@ AFP
Partagez sur :

A coups de déclarations, la relation entre Gaël Monfils et le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis Yannick Noah pourrait bien se tendre.

Monfils, la déclaration qui fâche. Il a voulu jouer la carte de l’honnêteté, il ne récolte que des critiques. Gaël Monfils, qui s'exprimait après son quart de finale perdu à l'Open d'Australie face à Milos Raonic mercredi, a déclaré que "80% des joueurs ne voulaient pas aller jouer en Guadeloupe" le premier tour de la Coupe Davis contre le Canada, du 4 au 6 mars prochain. "Avec beaucoup d'honnêteté et de recul, on n'est pas forcément tous contents d'aller en Guadeloupe. Beaucoup d'entre nous préféraient jouer en Europe, 80%", a expliqué Monfils.

Le secrétaire d'Etat aux sports entre en jeu. L’honnêteté de Monfils n'a pas plu à Thierry Braillard. Le secrétaire d'Etat aux Sports estime que les critiques du tennisman étaient un "manque de respect" vis-à-vis du capitaine de l'équipe de France Yannick Noah. "Quand on commence à contester une décision de l'entraîneur même sur un choix de match, c'est qu'on lui manque de respect", a déclaré mercredi Thierry Braillard.

"Est-ce que vous imaginez un joueur de l'équipe de France de football aller critiquer Didier Deschamps parce qu'il aurait décidé d'aller jouer un match amical contre l'Espagne ?", s'est interrogé le secrétaire d'Etat aux sports. "De l'humilité, de la solidarité, c'est deux valeurs qui peuvent permettre à l'équipe de France de regagner la Coupe Davis. C'est tout ce qu'on souhaite. Et si ça doit passer par Baie-Mahault en Guadeloupe, ce sera une très belle chose", a lancé Thierry Braillard. "Nos compatriote là-bas sont très heureux d'avoir la Coupe Davis", a-t-il ajouté.

Le revers de Yannick Noah. Le secrétaire d'Etat était justement aux côtés de Yannick Noah mercredi, lors d'un déplacement à Grigny, dans l'Essonne. Le capitaine de l'équipe de France a balayé la polémique, déclarant qu'il ne se préoccupait pas des "états d'âme des uns et des autres". "On a décidé que c'était une très très bonne idée d'aller jouer sur terre battue pour des raisons techniques (...) On y va pour gagner. Après les états d'âmes des uns et des autres, sur le court, en dehors du court, voilà...". Yannick Noah s'est par ailleurs refusé à "communiquer par presse interposée". "Il est en Australie, je suis à Grigny. Moi je me caille, il a peut-être eu un coup de chaud, j'en sais rien", lui a répondu le capitaine de l'Equipe de France. "Je connais très bien Gaël, on va parler à un moment."