Attentat de Nice : hommage aux victimes avant le match de Coupe Davis République tchèque-France

  • A
  • A
Attentat de Nice : hommage aux victimes avant le match de Coupe Davis République tchèque-France
Les supporters français ont brandi une banderole "Pray for Nice".@ Michal Cizek / AFP
Partagez sur :

Une minute de silence a été observée en hommage aux victimes de l'attentat de Nice, vendredi à Trinec, avant le quart de finale de Coupe Davis entre la France et la République tchèque.

Une minute de silence a été observée vendredi à Trinec avant la rencontre du quart de finale de la Coupe Davis de tennis opposant la République tchèque à la France, en hommage aux victimes de l'attentat de Nice qui a fait au moins 84 morts.

"Pray for Nice". L'émotion régnait parmi les spectateurs, français et tchèques, dans les gradins de Werk Arena pendant la cérémonie, suivie d'une Marseillaise reprise en chœur par les joueurs et membres du staff de l'équipe de France. "Pray for Nice", pouvait-on lire sur une banderole brandie par les supporteurs français. La Fédération internationale de tennis (ITF) a accepté une demande de l'équipe française et le staff est resté sur le court avec les joueurs, pendant la cérémonie.

Yannick Noah au bord des larmes. "C'est encore un coup dur, pour nous, pour notre pays, pour tous ceux qui essaient de donner du bonheur", a déclaré le capitaine de l'équipe de France, Yannick Noah, vendredi matin à la presse française. "On s'est réveillés dans une ambiance triste. On est tous tellement touchés", a-t-il souligné, au bord des larmes. Les joueurs et le staff de l'équipe de France porteront un crêpe noir sur leur maillot.

Sécurité renforcée. Des mesures de sécurité ont été renforcées aux abords de l'arène de Trinec, avec la présence des policiers en tenue de combat et armés de mitraillettes. Au moins 84 personnes ont été tuées jeudi soir, lorsqu'un camion a foncé sur la foule qui assistait à un feu d'artifice à Nice et des dizaines d'autres ont été blessées, dont 18 se trouvaient vendredi matin, toujours "entre la vie et la mort".