Webber fait coup double

  • A
  • A
Webber fait coup double
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - Mark Webber remporte le Grand Prix de Hongrie au terme d'une course folle à Budapest.

F1 - Mark Webber remporte le Grand Prix de Hongrie au terme d'une course folle à Budapest. Mark Webber reste mesuré dans ses propos. Au moment de passer la ligne d'arrivée et de féliciter ses ingénieurs, il n'explose pas de joie, mais se contente de signaler que rouler avec son train de pneus tendres en début de course était "très long et compliqué". Et pourtant, à ce moment précis, le pilote de l'écurie Red Bull vient de remporter le Grand Prix de Hongrie, son quatrième succès cette saison. Ce succès lui permet de prendre la tête du classement des pilotes devant Lewis Hamilton, contraint à l'abandon en terre hongroise, pour quatre petits points. Il est comme cela, Mark Webber... mesuré. Et c'est peut être ce qui lui a permis de l'emporter ce dimanche. Retour sur une course à rebondissements. A l'heure de prendre le départ et contrairement à ce qui s'est passé à Hockenheim, Sebastian Vettel n'a pas raté son envol. Sur la piste de Mogyorod, le pilote allemand de l'écurie Red Bull a parfaitement géré cet instant fatidique pour conserver son bien. De son côté, son équipier Mark Webber, placé à sa droite et donc du côté sale de la piste n'a d'autre choix que de faire cirer ses gommes au moment de s'élancer. Fernando Alonso, 3e sur la grille, en profite pour lui voler la deuxième position. A cet instant, on pense que la course est d'ores et déjà jouée. Que la suite de la course hongroise ne sera plus qu'une lente procession 70 tours durant. C'était sans compter sur les évènements de course. A la suite d'un banal fait de course – en fait un accrochage entre Button et Liuzzi au 14e tour – la direction de course décide d'envoyer la voiture de sécurité sur la piste lors du 16e passage afin de la nettoyer. Tout le monde se rue alors dans les stands pour l'unique changement de pneumatiques prévu durant la course. Tous sauf...Mark Webber et Rubens Barrichello. Les pilotes ayant opté pour le changement de gommes ressortent dans l'ordre dans lequel ils sont entrés à l'exception de Massa, dépassé par Hamilton dans l'intervalle. A un détail près, Sutil, Kubica et Rosberg manquent à l'appel. La pit-lane sens dessus dessous En fait, alors que près de 18 monoplaces doivent entrer dans la pit-lane, la Mercedes de Rosberg quitte son boxe et remonte la voie des stands... sur trois roues. La roue arrière droite, visiblement mal serrée, quitte l'essieu de la W01 et se dirige de manière incontrôlable vers les mécanos des écuries situées en aval. Un mécanicien de chez Williams, touché par la roue folle sera transporté vers l'hôpital pour y subir des examens. Cet incident, inhabituel et dangereux a également provoqué un accrochage entre Sutil et Kubica au moment où la Renault du Polonais quittait son stand alors que la Force-India se dirigeait vers le sien. Les deux pilotes sont contraints à l'abandon. En piste, Webber mène la danse devant Vettel, Alonso et.. Massa. Lewis Hamilton n'a pas dépassé le cap des 25 tours, victime d'une panne de transmission sur sa MP4-25 (tour 24). Moins de cinq tours plus tard, le collège des commissaires annonce que la voiture n°5 (celle de Vettel) est sous investigation pour avoir "laisser trop d'écart entre sa monoplace et la monoplace qui le précédait*". Au 30e tour, la sanction tombe: drive through. Le pilote allemand en est informé, mais n'en comprend pas la raison. Il s'exécute, bien malgré lui, au passage suivant (31e tour) et ressort en 3e position juste derrière Fernando Alonso. Non sans avoir tancé la direction de course d'un mouvement de bras explicite. Devant, Mark Webber à bord d'une Red Bull plus rapide d'une seconde pleine, prend suffisamment d'avance pour effectuer son arrêt au stand et ressortir en tête. Derrière, Alonso et Vettel restent roues dans roues sans pouvoir se départager. Le podium est ainsi constitué. Et ne bougera plus jusqu'à la 70e boucle...Suivent Massa 4e, Petrov 5e (son meilleur résultat de la saison), Hulkenberg 6e, De la Rosa 7e, Button 8e, Kobayashi 9e et Barrichello 10e. (*celle de Mark Webber, lors du re-start)