Vittoz n'était pas loin

  • A
  • A
Vittoz n'était pas loin
@ Reuters
Partagez sur :

JO 2010 - Le Français termine cinquième du quinze kilomètres libre en ski de fond.

JO 2010 - Le Français termine cinquième du quinze kilomètres libre en ski de fond. Il avait placé l'essentiel de ses espoirs olympiques dans ce 15 km classique, lever de rideau du ski de fond masculin à Vancouver. Pour ces quatrièmes et derniers Jeux, Vincent Vittoz, 34 ans, s'était minutieusement préparé, deux saisons durant, afin d'être compétitif seul face au chrono, dans ce qui constitue son exercice favori. Avec onze de ses 19 podiums et quatre de ses huit victoires en Coupe du monde obtenus dans la spécialité, le Haut-Savoyard s'imposait comme un redoutable outsider aux yeux de la concurrence. Et s'il avouait avant le départ ne pas avoir de repère vis à vis de ses rivaux, tant il s'était mis en marge de ses semblables avant l'événement, Vincent Vittoz ne tardait pas à se révéler dans le coup, ce lundi, tandis qu'il s'élançait sur la piste de Whistler affublé du dossard n°26. Devant lui, le n°13, Maurice Manificat, lui montrait la voie à suivre, en établissant un chrono référence sur lequel bon nombre de grands noms de la discipline se cassaient les dents. Pas Vincent Vittoz qui, certes devancé sur la ligne d'arrivée par l'Italien Pietro Piller Cottrer, signait provisoirement le deuxième temps... et remplissait sa part du contrat. Cologna redevient n°1 Seulement dans le sillage de l'ancien champion du monde de poursuite, si le Norvégien Petter Northug, grandissime favori de l'épreuve en sa qualité de leader intouchable de la Coupe du monde, passait son tour, trop loin (plus de deux minutes au final) pour prétendre à quoi que ce soit sur ce 15 km, d'autres épouvantails se montraient exacts au rendez-vous. Numéro un mondial la saison passée, le Suisse Dario Cologna, en avance sur l'ensemble des intermédiaires, coiffait logiquement la couronne dorée sur la ligne d'arrivée, alors que le Tchèque Lukas Bauer, vainqueur du prestigieux Tour de ski en janvier dernier, s'emparait du bronze, derrière Piller Cottrer, avec seulement 4 secondes et 2 dixièmes d'avances sur Vincent Vittoz. Ainsi exclu du podium, le Haut-Savoyard s'inclinait également devant le Suédois Marcus Hellner, lequel le privait ainsi de l'amertume suprême d'une quatrième place. La frustration du vétéran tricolore demeurait néanmoins palpable, même si les 6e et 20e positions finales de Maurice Manificat et Emmanuel Jonnier autorisent toutes les audaces en vue des épreuves par équipe. Relégué ce lundi au 32e rang, Jean-Marc Gaillard aussi aura une revanche à prendre dans les jours qui viennent, lui qui, à l'instar de Petter Northug, en aura probablement gardé sous les skis pour faire face aux prochaines échéances. Qu'on se le dise, le ski de fond français n'a pas dit son dernier mot à Vancouver...