Une finale pour Tsonga

  • A
  • A
Une finale pour Tsonga
Partagez sur :

En battant Ivan Ljubicic ce samedi à Rotterdam (6-4, 7-6), Jo-Wilfried Tsonga s'est qualifié pour la finale du tournoi néerlandais. C'est la première fois depuis octobre 2009 et son titre à Tokyo que le Manceau dispute une finale sur le circuit ATP. Le n°2 français visera dimanche le sixième trophée de sa carrière, contre Robin Söderling, tombeur lui de Viktor Troicki, (7-5, 6-4).

En battant Ivan Ljubicic ce samedi à Rotterdam (6-4, 7-6), Jo-Wilfried Tsonga s'est qualifié pour la finale du tournoi néerlandais. C'est la première fois depuis octobre 2009 et son titre à Tokyo que le Manceau dispute une finale sur le circuit ATP. Le n°2 français visera dimanche le sixième trophée de sa carrière, contre Robin Söderling, tombeur lui de Viktor Troicki, (7-5, 6-4). Seize mois, c'est la parenthèse sans finale pour Jo-Wilfried Tsonga sur le circuit ATP. Le Français l'a refermée ce samedi en se qualifiant pour la finale du tournoi de Rotterdam, premier ATP 500 de la saison, grâce à sa victoire en deux manches face au Croate Ivan Ljubicic (6-4, 7-6). Costaud depuis le début de la semaine aux Pays-Bas, s'appuyant notamment sur une première balle très performante, le Manceau est récompensé par la septième finale de sa carrière qu'il disputera dimanche contre Robin Söderling, tombeur dans la soirée de Viktor Troicki (7-5, 6-4). Il tentera de décrocher un sixième titre, le premier depuis octobre 2009 et celui empoché à Tokyo. Au lendemain du forfait de Tomas Berdych, il était intéressant d'évaluer l'état de forme de Tsonga, convaincant contre Llodra au deuxième tour, malgré quelques difficultés en début de match. Face à Ljubicic, un adversaire contre lequel il restait sur deux défaites consécutives, pas d'entame capricieuse avec un break en poche à sa première occasion et surtout une mise en jeu sans faille. Dans la première manche, le Manceau n'a pas eu une seule balle de break à défendre et a gagné 95% des points derrière sa première balle (6-4). Moins efficace dans la deuxième, Tsonga a débreaké au meilleur moment (5-4), avant de faire la différence dans le jeu décisif où il a su prendre l'initiative dans l'échange pour aller chercher la victoire (7-6). Demi-finaliste à Doha en janvier, battu par Roger Federer, le protégé d'Eric Winogradsky avait été surpris par l'Ukrainien Dolgopolov au troisième tour de l'Open d'Australie, alors qu'il avait atteint au moins les quarts depuis trois ans à Melbourne. Cette finale à Rotterdam va donc réellement le relancer, avec la perspective de grappiller quelques places au classement ATP avant d'aborder les premiers Masters 1000 de la saison en mars à Indian Wells et Miami. Ce sera en tout cas un sacré challenge pour la finale puisqu'il n'a jamais battu Söderling en trois confrontations et n'a gagné qu'un des quatre matches qu'il a joués contre Troicki. Pas encore dans la poche ce sixième titre...