Une équipe de France en or !

  • A
  • A
Une équipe de France en or !
Partagez sur :

Le ski tricolore avait fait chou blanc jusque-là à Garmisch-Partenkirchen, la donne a changé mercredi lors de l'épreuve par équipes. Dans cette discipline mixte disputée par nations et par confrontations directes sur un géant parallèle, les Français, emmenés par Worley, Barioz, Marmottan, Richard, Fanara et De Tessières, ont décroché le titre mondial en prenant respectivement le meilleur sur l'Allemagne, la Suède et enfin l'Autriche en finale. De bon augure avant les épreuves techniques à venir.

Le ski tricolore avait fait chou blanc jusque-là à Garmisch-Partenkirchen, la donne a changé mercredi lors de l'épreuve par équipes. Dans cette discipline mixte disputée par nations et par confrontations directes sur un géant parallèle, les Français, emmenés par Worley, Barioz, Marmottan, Richard, Fanara et De Tessières, ont décroché le titre mondial en prenant respectivement le meilleur sur l'Allemagne, la Suède et enfin l'Autriche en finale. De bon augure avant les épreuves techniques à venir. La France n'a pas craqué ! Considérée comme l'une des grandes favorites de l'épreuve par équipe, ou Team event, l'équipe de France avait décidé d'afficher sa dream team ce mercredi sur la piste de Garmisch-Partenkirchen avec Thomas Fanara, Cyprien Richard, Gauthier de Tessières, Taina Barioz, Anémone Marmottan et Tessa Worley. Les Tricolores ont décroché l'or, synonyme de première médaille française lors de ce Championnat du monde, en s'imposant en finale face à l'Autriche, grâce aux temps scratch. La Suède, vainqueur de l'Allemagne lors de la petite finale, complète le podium. Cette discipline mixte disputée par nations et par confrontations directes sur un géant parallèle n'attire pas les foules. Mis en place lors des Mondiaux de Bormio en 2005 par la FIS, l'épreuve voyait au départ les nations s'affronter sur quatre manches de Super G et de géant, à l'issue desquelles on établissait un classement général. Aujourd'hui, les skieurs se défient désormais dans un slalom géant parallèle à élimination directe. Sur les seize places disponibles, seules onze nations ont pris le départ ce matin, puisque certaines équipes, telle la Norvège, ont préféré se ménager ou éviter les blessures avant les épreuves techniques débutant jeudi avec le géant féminin. Richard, meilleur temps de la compétition Les Tricolores ont donc joué leur carte à fond. Après avoir passé avec brio l'obstacle allemand, privé notamment de Maria Riesch, puis suédois, emmené par l'inévitable Anja Paerson, les Bleus étaient opposés à la redoutable équipe d'Autriche en finale. Malgré la présence d'Anna Fenninger, médaillée d'or en super-combiné, ou Romed Baumann, les Autrichiens n'ont rien pu faire face à ces Français. Suite à l'échec de Tessa Worley qui s'est inclinée devant Anna Fenninger, Cyprien Richard a pris les choses en main pour relancer son équipe en réalisant le meilleur temps de la journée (25"41) pour battre Philipp Schoerghoffer. Anémone Marmottan, qui remplaçait à la surprise générale Taina Barioz pour la finale, a ensuite pris le dessus sur Michaela Kirchgasser. Bien que Thomas Fanara soit passé au travers de sa finale en commettant une grosse faute en milieu de parcours, le géantiste français s'est accroché pour finir à 39 centièmes de Romed Baumann. A égalité 2-2 à la fin de cette finale, le camp tricolore décroche finalement l'or grâce à un meilleur total des temps cumulés, comme face à la Suède et l'Allemagne un peu plus tôt. La France obtient donc sa première médaille de ces Mondiaux grâce à cette épreuve par équipe, comme en 2005. A l'image de Gauthier De Tessières, pas utilisé pour cette discipline, l'ensemble du groupe se réjouit de ce premier trophée. "J'avais envie de me sentir utile aujourd'hui. C'était sympa de vivre ça de la haut. On mérite franchement cette médaille. J'ai donné de la voix, c'était génial. L'équipe est superbe", a-t-il déclaré devant les caméras d'Eurosport. De son côté, Cyprien Richard espère que cette récompense en appellera d'autres dans les jours à venir. "On le sentait tous, on s'est motivé depuis deux ou trois semaines pour vraiment prendre cette épreuve au sérieux. C'est bien ça va nous permettre d'emmagasiner beaucoup d'énergie et de confiance pour la suite de la compétition". Pas en veine depuis le début des Mondiaux, après une semaine délicate en vitesse, où la déception est à la hauteur des espérances initiales, l'équipe de France entame donc de la meilleure des façons les disciplines techniques. Dès jeudi, Tessa Worley sera en course pour une nouvelle médaille dans l'épreuve de géant dames, où elle fait figure de favorite. Vendredi, ça sera au tour de Cyprien Richard de s'élancer dans le géant masculin en compagnie de Thomas Fanara, où ils font également partie des hommes forts de la discipline. Enfin pour le slalom féminin et masculin, on pourra compter notamment sur Sandrine Aubert et le revanchard Jean-Baptiste Grange. Le spectre des Jeux Olympiques de Vancouver va désormais pouvoir disparaître, aux Bleus maintenant de se lâcher et skier sur la vague du succès par équipes...