Un verre de trop pour Govou

  • A
  • A
Un verre de trop pour Govou
Sydney Govou a encore fait le mur... Mais il s'est encore fait attrapé.@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Après une nouvelle soirée bien arrosée, le club de Sydney Govou exige des explications.

Sydney Govou ne peut s’empêcher de fêter les résultats de son club. Bons ou mauvais, Sydney fait la fiesta. Après le match nul (1-1) samedi dernier du Panathinaïkos contre l’équipe de Larissa, l’ancien Lyonnais a été pris en flagrant délit. Un état d’ébriété avancé dans les rues d’Athènes et des nouveaux ennuis pour Govou…

Il y a un mois, il avait déjà été attrapé par la brigade anti-alcool du Panathinaïkos. Après plusieurs whisky-coca dans une discothèque de la capitale grecque, Sydney Govou avait dû verser plusieurs amendes au club pour calmer le jeu : 25.000 euros pour chaque sortie un peu arrosée.

Le Pana en a marre

Selon le quotidien sportif grec, le conseil d’administration envisagerait carrément de mettre un terme au contrat de l’ancien joueur de l’OL. Exténué par ses virées bien arrosées, le directeur du Pana Nicholas Pateras l’avait pourtant prévenu : à la prochaine récidive, "c’est la porte".

L’attaquant français apparaît dans la presse locale comme le nouveau Ronaldinho du championnat grec. La comparaison n’est pas très flatteuse. Le Brésilien a lui aussi connu de nombreux problèmes d’alcool au Barça et au Milan AC.

Un lourd passif

A 31 ans, Sydney Govou n’en est pas vraiment à son coup d’essai. Quand il évoluait à Lyon, Govou avait été sanctionné plusieurs fois pour des écarts de conduite similaires. En décembre 2008, il avait interpellé pour conduite en état d'ébriété à Lyon, puis sanctionné par l'OL après une sortie nocturne en octobre 2009.

Sur le terrain, Govou a certes marqué un très beau but contre le FC Barcelone en Ligue des champions mais il ne s’est pas non plus imposé à la pointe de l’attaque du Panathinaïkos. Si sa carrière s’arrête sur cette note, Govou pourra au moins boire un verre pour fêter sa retrait...