Un ouf de soulagement

  • A
  • A
Un ouf de soulagement
Partagez sur :

A l'issue d'un rendez-vous avec Brice Hortefeux, au ministère de l'Intérieur, David Lappartient, président de la fédération, et Marc Madiot, président de la ligue, ont obtenu gain de cause. Les courses cyclistes seront grandement épargnées par l'augmentation exponentielle des frais de location des gendarmes, nécessaires pour des questions de sécurité et de circulation.

A l'issue d'un rendez-vous avec Brice Hortefeux, au ministère de l'Intérieur, David Lappartient, président de la fédération, et Marc Madiot, président de la ligue, ont obtenu gain de cause. Les courses cyclistes seront grandement épargnées par l'augmentation exponentielle des frais de location des gendarmes, nécessaires pour des questions de sécurité et de circulation. "Les préoccupations du monde cycliste entendues". C'est par un communiqué ainsi titré que la Fédération française de cyclisme a annoncé la bonne nouvelle : les courses cyclistes françaises ne sont pas menacées par l'augmentation du coup de "location" des gendarmes, annoncée pour 2011 par un arrêté ministériel. Cette mesure, annoncée tardivement, avait fait l'effet d'une bombe, dans le monde du cyclisme amateur. En augmentant le coût horaire par gendarme (un bond de 2,40 euros à 12,33 euros pour 2011 et 20 euros pour 2014 !), le ministère de l'Intérieur gonflait les frais de sécurité d'une ampleur trop importante pour les organisateurs, généralement des clubs amateurs, hormis ASO. "Notre budget sécurité serait passé de 6000 à 50 000 euros (pour un budget total de 500 000 euros)", a expliqué Roland Fangille, patron depuis quarante ans de l'Etoile de Bessèges (2-6 février), à RMC. Tout simplement invivable. "Si ces coûts devaient être confirmés, ce serait la disparition de la totalité de nos courses à étapes d'ici deux ans", annonçait David Lappartient, le président de la FFC. Logiquement, Lappartient, en compagnie de Marc Madiot, le président de la Ligue, est monté au créneau, et en a appelé directement à Brice Hortefeux. Les deux hommes ont été reçus mercredi par le ministre de l'Intérieur, place Beauvau. Et ils ont été entendus. Dans un communiqué envoyé dans la foulée, la FFC annonce que plusieurs accords ont été trouvés, et seront finalisés le 5 janvier prochain. Il y a en premier lieu, "l'établissement d'une convention cadre ministère de l'Intérieur/FFC-LNC sur le principe de couverture des épreuves cyclistes par les forces de l'ordre". Et, surtout, "l'augmentation du cout des forces de l'ordre" a été ramenée à 15% pour 2011. C'est mieux que 500%. Et cela permet aux courses françaises de croire en leur survie.