Tsonga: "Je trouve tout chouette ici"

  • A
  • A
Tsonga: "Je trouve tout chouette ici"
Partagez sur :

TENNIS - Jo-Wilfried Tsonga entre en lice mardi face à l'Espagnol Montanes dans le tournoi de Paris-Bercy.

Vainqueur l'an passé dans son antre de Bercy, Jo-Wilfried Tsonga fera son entrée en lice, mardi, face à l'Espagnol Montanes. Le Manceau ne souffre plus des poignets et compte bien défendre son titre dans un tournoi dans lequel il estime n'avoir "rien à perdre".Jo-Wilfried, comment vont vos poignets ?Ça a l'air d'aller. J'ai joué tout à l'heure (lire lundi après-midi) et ça va. Très bien même. L'an dernier, vous aviez dit que Bercy était votre maison. Comment l'avez-vous retrouvée ?Intacte (rires). Ça n'a pas changé. Je trouve tout chouette ici. Quand je suis arrivé, pleins d'images me sont revenus en tête. Partout où je vais je me souviens de choses. Je n'ai que de bons souvenirs. C'est magique. Je suis impatient d'entrer sur le court. J'ai envie de bien jouer ici. Dans quel état d'esprit êtes-vous au moment de remettre votre titre en jeu ?Le même que l'an passé. Avec la qualification pour le Masters en jeu. J'ai fait une fin d'année correcte mais rien d'extraordinaire. J'adore l'atmosphère qui règne ici. Je vais arriver sur le court pour gagner, c'est sûr que je vais tout donner. J'ai encore beaucoup d'énergie à revendre."J'occulte la qualification pour le Masters"Cette course pour le Masters ne vous a-t-elle pas coûté un petit peu d'énergie quand même ?Si forcément un peu. Dans cette situation on joue ses matches mais pas seulement. On regarde ceux des autres en se disant « ce serait bien qu'il perde celui-là ». Ça m'a pris de l'influx. Mais ici c'est la dernière ligne droite. Je n'ai rien à perdre et tout à gagner. La qualification au Masters, ici je l'occulte. C'est tout pour le tournoi. Si ça ne sourit pas tant pis, j'aurais plus de temps pour préparer la saison prochaine.Vous allez jouer le double ici, cela ne risque-t-il pas de vous fatiguer ?Au départ je n'avais pas prévu de le faire. Mais Julien (Benneteau) a insisté après notre beau parcours à Shanghai (la paire française avait remporté le Masters 1000, Ndlr) et a fini par me convaincre. Mais jouer le double ne m'a jamais empêché de gagner des tournois. A Tokyo l'an dernier j'avais remporté le tournoi de simple malgré le double. A Bercy aussi, même si en double je n'avais joué qu'un match...Est-ce que c'est long de faire une saison quasi-complète ?Oui ça l'est. Pas spécialement physiquement parce que de toute façon, après mes deux semaines de vacances à la fin de la saison, je reprendrai le physique donc à ce niveau c'est comme si ça durait dix ans non stop. Mais psychologiquement c'est plus difficile. Il faut être au top tout le temps. C'est un sport qui demande vraiment beaucoup d'attention.Pensez-vous dans ce cas modifier votre programme l'an prochain ?Un petit peu, mais c'est difficile. J'ai pas mal d'objectifs et des tournois qui me tiennent à coeur. Il y a bien sûr les Grands Chelems et les Masters 1000 mais aussi la Coupe Davis. Cette compétition je la mets au même niveau qu'un Grand Chelem.