Toulouse, marre du yo-yo

  • A
  • A
Toulouse, marre du yo-yo
Partagez sur :

Huitième de l'exercice passé, Toulouse aborde les hostilités avec une ambition nouvelle, celle de sauvegarder durablement son rang dans la première moitié de tableau. Renforcé offensivement avec les arrivées d'Emmanuel Rivière et d'Umut Bulut, le club de la Ville Rose a bien l'intention de s'appuyer sur sa défense de fer pour espérer jouer les trouble-fêtes lors de cette édition 2011-12.

Huitième de l'exercice passé, Toulouse aborde les hostilités avec une ambition nouvelle, celle de sauvegarder durablement son rang dans la première moitié de tableau. Renforcé offensivement avec les arrivées d'Emmanuel Rivière et d'Umut Bulut, le club de la Ville Rose a bien l'intention de s'appuyer sur sa défense de fer pour espérer jouer les trouble-fêtes lors de cette édition 2011-12. LA SAISON DERNIÈRE Quatorzième il y a deux ans, Toulouse a alterné le bon et le moins bon l'an passé, parvenant à rallier miraculeusement un honorable huitième rang au classement général. Si certains observateurs doutaient du potentiel offensif du TFC, orphelin de son artificier vedette, André-Pierre Gignac, parti tenter l'aventure phocéenne, les protégés d'Alain Casanova ont néanmoins démontré une solidité défensive qui leur a permis de maintenir leur place dans la première partie de tableau. L'arrière-garde toulousaine a ainsi achevé la saison avec un total de 36 buts encaissés, soit autant que le champion de France lillois, endossant naturellement le statut de deuxième meilleure défense de l'élite. LE RECRUTEMENT La bataille fut rude mais Emmanuel Rivière a finalement obtenu gain de cause en s'engageant en faveur du TFC lors de la trêve estivale. Pas décidé à laisser échapper l'international français, après le départ de Dimitri Payet à Lille, Saint-Etienne a finalement dû se résoudre à laisser son artificier prendre son envol en direction de la Ville Rose. L'arrivée d'un autre buteur en la personne d'Umut Bulut, en provenance de Trabzonspor, traduit d'ailleurs toute la volonté d'Alain Casanova de redynamiser un secteur offensif en panne sèche depuis le départ d'André-Pierre Gignac. A noter que le départ de Mauro Cetto à Palerme a poussé le technicien toulousain à renforcer son assise défensive avec les arrivées d'Aymen Abdennour (Etoile du Sahel) et de Pavle Ninkov (Etoile Rouge Belgrade), auxquelles il convient d'ajouter la transaction du gardien auxerrois, Rémy Riou. LE JOUEUR A SUIVRE Récemment propulsé capitaine du navire toulousain, Daniel Congré a pris du galon dans le dispositif tactique mis en place par Alain Casanova. Mauro Cetto ayant choisi de changer d'air et de tenter l'aventure italienne à Palerme, le latéral droit du TFC, pourtant annoncé en partance vers Saint-Etienne cet été, a décidé de prolonger le plaisir avec le TFC et s'est ainsi vu confier les clés de la maison garonnaise. Un honneur pour celui qui n'a manqué qu'une seule des 38 journées de Ligue 1 l'an passé. "C'est une grande fierté, naturellement. Porter le brassard dans la ville où je suis né, le club où j'ai été formé et où j'ai signé mon premier contrat pro... Je suis prêt. Je vais prendre mon rôle très au sérieux", confesse ainsi le défenseur dans les colonnes de La Dépêche du Midi. A 28 ans, et après sept années passées au TFC, Congré aura ainsi la lourde tâche d'arriver à redorer le blason du club, trop souvent terni par les prestations en dents de scie de l'équipe professionnelle. L'ENTRAINEUR Intronisé aux commandes du Toulouse Football Club en 2008, en lieu et place d'Elie Baup, Alain Casanova a réaffirmé un attachement sans pareil pour le club de son coeur, en prolongeant l'aventure de deux années supplémentaires dans la Ville Rose. Au club depuis 1992, le poulain du président Olivier Sadran, avec lequel il entretient une relation de confiance vieille de dix ans, est parvenu à instaurer une assise défensive de qualité, en l'espace de trois ans, qui lui aura même permis de titiller le podium lors de sa première saison en Haute-Garonne. A 49 ans, l'ancien gardien de l'Olympique de Marseille se dit satisfait de ses nouvelles recrues et se veut désireux de responsabiliser ses cadres mais aussi ses jeunes pousses, issues du centre de formation. "On n'a pas le choix, avec le 13ème budget du championnat (39 millions d'euros) et quand on a neuf départs, on ne peut pas tous les remplacer donc on joue la carte jeune", confiait le chef de file toulousain dans les colonnes de Metro. L'OBJECTIF "Ne pas faire le mariole et tout mettre en oeuvre pour déjà assurer un maintien". Fidèle à sa ligne de conduite, Alain Casanova fait profil bas. Après une saison en demi-teinte durant laquelle le TFC a alterné les prestations en dents de scie, sauvegardant au final son rang dans la première partie de tableau, l'entraîneur toulousain espère assurer rapidement sa survie parmi l'élite pour ensuite se consacrer sur son second objectif, celui de "faire au moins aussi bien que la saison dernière et confirmer sur le plan du jeu avec beaucoup plus de réalisme, de qualité à la finition". Récemment débarqués dans la Ville Rose, les deux nouveaux artificiers toulousains, Emmanuel Rivière et Umut Bulut, savent ce qui leur reste à faire. Je veux aller de l'avant et tenter de retrouver le chemin des filets le plus fréquemment possible", confesse de son côté l'ancien buteur stéphanois. LE PRONOSTIC DE LA REDAC A priori, le renforcement du TFC dans le secteur offensif devrait lui permettre de pérenniser son rang dans la première moitié de tableau cette saison. Emmanuel Rivière, dont les qualités ne sont plus à prouver, pourrait symboliser à lui seul le renouveau de l'armada offensive toulousaine. Le fait qu'Alain Casanova soit parvenu à conserver quelques unes de ses pièces maîtresses, comme Cheikh M'Bengue ou Moussa Sissoko, ne peut que jouer en faveur du club de la Ville Rose. Néanmoins, lorsqu'un seul être vous manque, toute une défense est dépeuplée. Et le départ de Mauro Cetto à Palerme pourrait ainsi avoir de plus grosses incidences que prévu. D'autant que s'il était connu et reconnu pour sa solidité défensive, le TFC a laissé entrevoir d'inhabituels errements défensifs lors de ses matches de préparation. Affaire à suivre !