Sauber prend l'accent mexicain

  • A
  • A
Sauber prend l'accent mexicain
Partagez sur :

L'équipe Sauber a annoncé ce lundi la nomination de Sergio Perez en tant que pilote titulaire en 2011. Une officialisation surprenante malgré le potentiel du jeune Mexicain, écartant le revenant Nick Heidfeld d'un volant l'an prochain. Une arrivée surtout liée à un partenariat avec la firme mexicaine Telmex, propriété du richissime Carlos Slim.

L'équipe Sauber a annoncé ce lundi la nomination de Sergio Perez en tant que pilote titulaire en 2011. Une officialisation surprenante malgré le potentiel du jeune Mexicain, écartant le revenant Nick Heidfeld d'un volant l'an prochain. Une arrivée liée surtout à un partenariat avec la firme mexicaine Telmex, propriété du richissime Carlos Slim. Le célèbre petit bonbon suisse aux plantes pourrait bien ressortir dans sa publicité son fameux sombrero. Car la saison 2011 de son écurie maison, Sauber, devrait avoir un goût d'Amérique centrale. Quinze jours après l'annonce d'un contrat de troisième pilote pour le Mexicain Esteban Guterriez, champion de GP3 cette saison, l'écurie basée à Hinwil a officialisé l'arrivée de son compatriote Sergio Perez, actuel deuxième du championnat GP2 avant sa dernière manche à Abu Dhabi, en tant que pilote titulaire ! "Sergio a suivi une courbe de progression continuellement ascendante ces dernières années", a souligné Peter Sauber dans son communiqué. "Il a démontré un esprit combatif cette année en GP2 et il a prouvé qu'il était mûr pour entrer en F1". Une manière de s'inscrire dans la tradition de Sauber qui a notamment lancé Kimi Räikkönen ou Felipe Massa en F1. L'annonce a toutefois surpris, voire décontenancé le monde de la Formule 1 puisqu'elle fait suite au retour de Nick Heidfeld au Grand Prix de Singapour. L'Allemand de 33 ans, successeur de Pedro De la Rosa écarté à cinq manches de la fin de saison, n'aura donc été qu'un intérimaire. Car Peter Sauber compte bien s'appuyer l'an prochain sur la paire Kobayashi-Perez, le Japonais ayant souvent confirmé ses brillants débuts avec Toyota fin 2009. Un pilote prometteur mais à l'explosion très récente Sergio Perez devrait donc avoir la lourde tâche de le concurrencer. Pas évident au vu de sa faible expérience. A 20 ans à peine, Perez, engagé sans grande réussite en GP2 Asie ces dernières saisons, réalise toutefois une saison 2010 prometteuse au sein de la grande série, celle se disputant en prélude des manches de Formule 1. Vainqueur de quatre manches, Perez a surtout impressionné à Monaco, le week-end le plus prestigieux de la saison en remportant la course du samedi. Suffisant pour devancer Jules Bianchi au classement du championnat. Mais les puristes auront noté que le jeune Français, soutenu par Ferrari, a souffert d'une fracture lombaire en Hongrie suite à un accrochage avec le Chinois Ho Pin-Tung qui l'avait percuté par l'arrière. Un incident qui, sans le priver de la manche suivante à Spa, l'a handicapé dans son approche des dernières manches. Tout en restant à huit petits points du Mexicain avant la manche finale. Pastor Maldonado, plus expérimenté, s'est, lui, déjà adjugé le titre avec 27 points d'avance sur Sergio Perez. Cette saison 2010 intéressante demandait donc peut-être confirmation avant de faire le grand saut... L'homme le plus riche du monde en partenaire-sponsor Mais l'enjeu semble bien ailleurs pour Sauber. Car les signatures de Guterriez et Perez s'inscrivent bel et bien dans un plan plus financier que sportif. Perez devrait en effet devenir le premier pilote mexicain en F1 depuis Hector Rebaque et ses 41 Grands Prix entre 1977 et 1981. Un passage médiatisé en raison de la création de son équipe, le Team Rebaque en 1978 puis de ses liens avec Brabham en 1980 et 1981, une écurie alors dirigée par un certain Bernie Ecclestone. Mais sans réel résultat sportif malgré plusieurs 4e places en Grand Prix. Bien loin de l'aura des frères Rodriguez dans les années 1960. Or, le Mexique, privé de Grand Prix depuis 1992, dispose d'un atout : Carlos Slim, l'homme le plus riche du monde en 2010 selon le magazine américain Forbes. Le magnat, notamment propriétaire de la firme de télécommunications Telmex, est à la tête d'un empire estimé à 53 milliards de dollars. Et s'affichait sur la combinaison de Sergio Perez cette saison en GP2. Sauber n'a d'ailleurs pas fait de mystères en incluant dans le même communiqué la signature de son prochain poulain et le début du partenariat avec Telmex. L'an prochain, les monoplaces de Peter Sauber arboreront une livrée crème au lieu du blanc de cette année. Et devraient s'appuyer sur ces précieux pesos pour tenter de grimper dans la hiérarchie. La confirmation qu'après l'intronisation de Petrov, au parcours semblable (2e de GP2 l'an passé), chez Renault et la valse des pilotes payants chez Hispania, la présence d'un solide mécène ouvre plus que jamais la porte de la F1. Plus parfois qu'un joli coup de volant...