Sackey libéré !

  • A
  • A
Sackey libéré !
Partagez sur :

Fantomatique et incapable jusqu'alors de rendre la confiance qu'a placé en lui son entraîneur Philippe Saint-André, qui l'a imposé à Toulon contre l'avis de son président, Paul Sackey, auteur de l'essai de la victoire du RCT face aux Ospreys (19-14), pourrait bien avoir lancé sa carrière toulonnaise.

Fantomatique et incapable jusqu'alors de rendre la confiance qu'a placé en lui son entraîneur Philippe Saint-André, qui l'a imposé à Toulon contre l'avis de son président, Paul Sackey, auteur de l'essai de la victoire du RCT face aux Ospreys (19-14), pourrait bien avoir lancé sa carrière toulonnaise. La petite phrase de Philippe Saint-André au sujet de Paul Sackey avant l'entrée en lice du RCT dans cette Coupe d'Europe face aux Ospreys prend a posteriori des allures de prophétie. "Qu'on lui donne des ballons de qualité et il va démontrer que c'est un grand joueur." Le "Goret" ne croyait pas si bien dire... Il faut dire que Sackey, c'est avant tout son pari. Le joueur que Saint-André a tenu coûte que coûte à imposer, et ce dès février dernier, contre l'avis de son président, Mourad Boudjellal, qui lui avait jeté son dévolu sur le feu follet gallois Shane Williams, beaucoup plus médiatique. L'explosion de joie de « PSA » samedi lorsque Jonny Wilkinson adressa cette merveille de passe sautée et que Sackey fila en terre promise suffisait à décrire le sentiment de l'entraîneur toulonnais. Non, lui l'ancien ailier des Bleus, deuxième meilleur marqueur de l'histoire du XV de France (32 essais), ne s'est pas trompé en signant l'ailier international aux dreadlocks ! Oui, Sackey a les moyens d'endosser ce rôle de finisseur qui a si souvent fait défaut aux Toulonnais la saison dernière. Ce premier essai lance enfin une carrière toulonnaise que de nombreux observateurs avaient imaginée, un peu vite, déjà dans l'impasse. Le début de saison de l'ancien joueurs des Wasps portait, il est vrai, tous les signes d'un flop retentissant avec quatre matches dont il fut écarté depuis le coup d'envoi de la saison sur décision de ses entraîneurs ; au point de voir l'ancien Montpelliérain Thierry Brana lui damer le pion. Seulement dans la coulisse et hors du terrain, Sackey traverse une période terrible. Sackey: "Prêt à rendre à Philippe et aux supporters le fait d'avoir cru en moi..." "Depuis deux mois, le club m'a donné du temps pour aller voir régulièrement ma famille", expliquait-il dans un entretien accordé à Var-Matin avant ce match d'ouverture face aux Ospreys, qui marquait son retour dans le quinze de départ. Une semaine plus tôt, alors que son absence face à Agen passe pour une sanction, il est en fait en Angleterre pour y assister aux funérailles de son cousin, assassiné en juin dernier, quelques jours seulement après l'arrivée de Sackey sur la Rade, d'une balle en pleine tête alors qu'il était au volant dans la banlieue de Londres. Une tragédie pour la recrue toulonnaise. "A Londres, je voyais mon cousin pratiquement tous les jours. Avant de rejoindre Toulon, il m'avait aidé à faire mes cartons et on s'était vu la veille de mon départ. On était très proche... Sa mort a été très difficile à vivre." Michael Ofori, qui avait réservé son billet pour le match d'ouverture du Top 14 à Mayol face à Bayonne, n'aura jamais l'occasion de voir son cousin évoluer sous ses nouvelles couleurs... Sackey, lui, doit réapprendre à vivre et à jouer malgré ce malheur qu'il traverse et perturbe inévitablement son adaptation à son nouvel environnement. "Vous savez, c'est difficile d'arriver dans une nouvelle équipe, avec un autre style de jeu, avoue-t-il. Tout est nouveau, les entraînements, la mentalité, l'environnement, les joueurs et les entraîneurs. Et puis, je ne me sentais vraiment pas bien quand j'ai rejoint l'équipe. C'était dur, car j'avais besoin de superviser les problèmes qu'a rencontrés ma famille. Aujourd'hui, je me sens de mieux en mieux et prêt à rendre à Philippe et aux supporters le fait d'avoir cru en moi. J'ai envie de vraiment démarrer ma saison et de commencer à marquer des essais. Je veux atteindre mon but qui est de finir dans les meilleurs marqueurs du championnat. J'ai besoin de me rattraper, de me mettre dans le bain et de me concentrer pleinement sur le RCT." Une place dans le trio de tête des meilleurs marqueurs du Top 14, ni plus ni moins ! Une quête dans laquelle son alter-ego néo-zélandais, Rudi Wulf, autre recrue de l'intersaison toulonnaise, a pris les devants. Sans que Sackey ne s'en alerte. "Regardez, Rudi (Wulf, ndlr) a joué tous les matchs et n'a marqué que deux essais. Maintenant, l'équipe joue de mieux en mieux et vous verrez que, prochainement, les ailiers vont marquer des essais." En attendant d'ouvrir son compteur en championnat, Sackey se verrait bien enchaîner et briller aussi loin de Mayol, du côté de Limerick, dans l'antre du Munster. "Cette équipe possède le plus gros pedigree de la poule (double vainqueur de la H-Cup en 2006 et 2008, ndlr). Chaque saison, ils jouent cette compétition pour la gagner. Ils sont vraiment très forts et sortent à chaque fois de leur poule. On passera un gros test face à eux." Un de plus pour Toulon comme pour Sackey.