Pas le droit à l'erreur pour l'OM

  • A
  • A
Pas le droit à l'erreur pour l'OM
Partagez sur :

FOOT - Dernier de son groupe, l'OM doit s'imposer sur la pelouse de Zurich en Ligue des Champions pour croire encore à la qualification.

Dernier du groupe C, l'Olympique de Marseille se déplace sur la pelouse du FC Zurich à l'occasion de la 3e journée de la Ligue des champions, mercredi. Face aux Suisses, les hommes de Didier Deschamps jouent déjà leur survie dans la compétition européenne.Après deux matches et autant de défaites en Ligue des champions, Marseille n'a d'autre alternative que de s'imposer sur la pelouse du FC Zurich dans le cadre de la 3e journée de la phase de poule. "Ce match va être décisif car il peut nous permettre de garder espoir dans cette compétition, ou alors ce sera fini. Cela ne doit pas nous mettre une pression négative, mais le bilan comptable est là et ça passera par un résultat à Zurich", a averti, sur le site de l'OM, Didier Deschamps, alors que son équipe pointe à la dernière place du groupe C à trois points derrière le FC Zurich et l'AC Milan, et à six longueurs du Real Madrid.Leur récente victoire à Nancy, samedi en championnat (3-0), peut-elle inspirer les Phocéens sur la scène européenne ? Rien n'est moins sûr. Ce succès acquis face à une équipe lorraine peu en jambes, les Olympiens devront le renouveler contre une formation helvète qui, à la surprise générale, a infligé sa première défaite à l'AC Milan (0-1) lors de la précédente journée.Quel visage pour l'OM ?Une équipe suisse qui rejette volontiers la pression sur son adversaire français. "C'est à nous de montrer que le succès de Milan n'était pas un hasard. Mais il ne faut pas inverser les rôles, on reste le petit", rappelait ainsi Bernard Challandes, l'entraîneur du FC Zurich, lors de la conférence de presse d'avant-match, lundi.Mais à Nancy, en plus de la victoire, le collectif marseillais a surtout eu l'occasion de soigner son moral et d'afficher haut ses qualités offensives. En l'absence de plusieurs cadres, certains remplaçants se sont brillamment illustrés à l'image de Mathieu Valbuena auteur d'un but. De quoi donner quelques migraines à Didier Deschamps à l'heure de dresser son onze de départ. "Même s'il y a une hiérarchie, trois mois après, cinq mois après, il n'y a qu'une vérité, c'est celle du terrain. [...] J'aime avoir l'embarras du choix, même si cela ressemble à un casse-tête par moments", a confié le technicien marseillais au Phocéen, dimanche.Quelque soit son visage, mercredi, l'équipe marseillaise jouera en Suisse déjà l'un de ses derniers va-tout...